Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Actualités / Interprètes / XAVIER DARCOS - Après un rêve…

Entretien

XAVIER DARCOS - Après un rêve…

Par Elsa Fottorino / Mardi 1er mai 2012
Agrandir l'image :
Diminuer la taille des caractères de l'article : XAVIER DARCOS - Après un rêve… Augmenter la taille des caractères de l'article : XAVIER DARCOS - Après un rêve… Imprimer l'article : XAVIER DARCOS - Après un rêve…
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : XAVIER DARCOS - Après un rêve…
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : XAVIER DARCOS - Après un rêve…
Voter (0)
Quel a été votre premier contact avec la musique classique ?
Cela remonte à l’enfance. Le soir, ma mère se mettait au piano et chantait des mélodies populaires. C’est ainsi qu’est née ma passion pour la mélodie française. J’ai une prédilection pour des compositeurs comme Fauré, Debussy, Poulenc, Berlioz, mais je m’intéresse également à la grande tradition allemande, aux œuvres de Wolf ou de Schubert.

Comment avez-vous débuté le piano ?
Je suis issu d’une famille bourgeoise de province. Apprendre la musique faisait partie de la tradition.Le paysage de l’enseignement musical n’avait rien à voir avec aujourd’hui. Les conservatoires n’existaient pas. J’ai étudié le piano avec un professeur particulier avant de m’intéresser à l’orgue dont j’ai appris la facture. J’ai même accompagné des offices religieux à Périgueux.

Avez-vous réussià garder un contact avec cet instrument ?
Lorsque je pénètre dans une église,je ne peux pas m’empêcher de tester l’orgue. Mais c’est très compliqué de maintenir une pratiquerégulière. Je ne peux malheureusement plus m’investir comme avant, faute de temps. Je joue un peu de piano le week-end, mais je suis resté un amateur.

Il paraît que vous êtes un très bon improvisateur…
L’improvisation, c’est un peu le propre des organistes. Aujourd’hui, j’improvise car je n’ai pas le temps de travailler.

Avez-vous pensé faire carrière dans la musique ?
À l’âge de 16 ou 17 ans, je voulais devenir musicien professionnel. Heureusement, mon père m’en a dissuadé. Pour lui, ce n’était pas un métier. Je me suis alors tourné vers les lettres. Mais je n’ai aucun regret par rapport à cela. Ce désir n’ajamais été bien plus qu’un rêve d’adolescent.

À cette époque, vous avez tout de même fondé un festival de musique de chambre à Périgueux…
J’avais créé une société de concerts. Nous faisions jouer des quatuors, mais aussi des grands solistes comme le flûtiste Jean Pierre Rampal ou encore le trompettiste Maurice André. Nous avons même réussi à monter de petits opéras !

N’avez-vous pas souhaité combiner vos deux passions : la littérature et la musique ?
J’ai dirigé avec Pierre Brunel la collection « Musique et musiciens » aux Presses Universitaires de France. J’ai participé aux deux premiers volumes. J’ai pu avoir la tentation d’écrire sur la musique. Cela m’aurait intéressé d’analyser le rapport entre les poètes et les compositeurs au xixe siècle, dans le domaine de la mélodiefrançaise. C’est passionnant de comprendre comment Fauré et Debussy se sont approprié les textes de Verlaine et ont organisé les inflexions rythmiques, développé une mélodie. Duparc a magnifié L’Invitation au voyage de Baudelaire. C’est un sujet extrêmement intéressant mais j’ai dû renoncer à mon projet. C’esttrès difficile d’écrire sur la musique : comment parler de quelque chose qui s’écoute ?

Assistez-vous à des récitals de piano ?
Il y a certains pianistes incontournables, comme Radu Lupu, Murray Perahia… Je suis allé écouter Lang Lang, que j’ai trouvé très agité mais intéressant.



Xavier Darcos en quelques dates

1987 Professeur de Khâgne au Lycée Louis-le-Grand, Paris
1992 Inspecteur général del’Éducation nationale
1997 Maire de Périgueux
2004 Ministre délégué auDéveloppement, à la Coopérationet à la Francophonie
2007 Ministre de l’Éducationnationale
2009 Ministre du Travail,des Relations sociales, de la Solidarité, de la Famille et de la Ville.
2011 Ambassadeur, chargéde mission pour l’Action culturelle extérieure de la France, président de l’Institut français
Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz