Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Actualités / Interprètes / KOTARO FUKUMA

Entretien

KOTARO FUKUMA

Par Stéphane Friédérich / Dimanche 1er juillet 2012
Agrandir l'image :
© DR
Diminuer la taille des caractères de l'article : KOTARO FUKUMA Augmenter la taille des caractères de l'article : KOTARO FUKUMA Imprimer l'article : KOTARO FUKUMA
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : KOTARO FUKUMA
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : KOTARO FUKUMA
Voter (0)

Le jeune pianiste japonais, Kotaro Fukuma, qui a enregistré chez Hortus l’intégrale du cycle Iberia d’Albéniz, se produit en France.


Comment avez-vous découvert la musique d’Albéniz ?
Au Conservatoire de Paris. Au Japon, la musique d’Albéniz n’est pas très populaire. J’ai été marqué par les enregistrements d’Alicia de Larrocha et d’Hervé Billaut qui a été mon professeur. Cette musique me fascine jusque dans le choix de tonalités rares mais aussi une écriture parfois sur quatre portées, des dynamiques extrêmede pianissimos jusqu’à fffff !

Demande-t-elle une technique particulière ?
En effet. C’est une musique très difficile à déchiffrer, extrêmement structurée, bien davantage que celle de Granados qui laisse davantage libre cours à l’improvisation. L’interprète s’implique physiquement. Je me suis tellement passionné pour cette écritureque j’ai appris l’espagnol et que je me suis intéressé au flamenco.Ces pièces regorgent d’influences.Il faut du temps pour l’assimiler, trouver le juste équilibreentre ce qui relève de l’instinct etde l’intellect. À chaque fois que je joue le cycle en concert, je trouve de nouveaux éléments à mettre en valeur

Votre jeu change-t-il également ?
Il arrive en effet que je modifie les tempos, les doigtés. C’est souvent l’acoustique qui me contraint à le faire. Il y a aussi les silences qui sont essentiels dans la musique d’Albéniz. Je fais des parallèles avec ceux du compositeur Toru Takemitsu qui affirmait que « le silence est le début de la musique ».

Précisément, vous jouez beaucoup d’œuvres de compositeur actuels comme Thierry Escaich, Thierry Huillet, Pascal Zavaro…
Une pièce contemporaine m’influence pour jouer des répertoires plus anciens. J’apprends chaque jour davantage grâce à des analyses plus approfondies des œuvres les plus diverses. Je ne choisis pas les compositeurs simplement pour les ajouter à une liste de mon répertoire. Je le fais par curiosité et parce que leur musique me parle.

Parlez-nous de vos projets…
Je vais créer un récital autour de l’idée de la lumière et de l’eau. Je réunis des œuvres de compositeurs très différents, y compris actuels. Je tenterai l’expérience d’abord au Japon, puis en France.


Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz