Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Actualités / Évènements / RENÉ FÉRET

RENÉ FÉRET

Par ELSA FOTTORINO / Lundi 14 janvier 2013
Agrandir l'image : René Féret
René Féret © DR
Diminuer la taille des caractères de l'article : RENÉ FÉRET Augmenter la taille des caractères de l'article : RENÉ FÉRET Imprimer l'article : RENÉ FÉRET
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : RENÉ FÉRET
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : RENÉ FÉRET
Voter (0)

Le réalisateur de Nannerl, la sœur de Mozart et de Madame Solario nous livre les secrets de sa Petite musique cinématographique.


Quel est votre lien avec le piano ?

J’ai une relation assez macabre avec cet instrument. Il est associé à un frère dont je porte le prénom et qui a disparu à l’âge de 4 ans. Mes parents conservaient le souvenir de cet enfant en pleine vie. Sur le piano, il y avait une superbe photo de lui, en noir et blanc. Mon rapport au cinéma vient de là. Il fallait « bouger » la photo.

Cet instrument était-il une relique, comme la photo ?

Il se trouvait dans la pièce la plus sombre de la maison et n’était jamais ouvert, excepté quelque fois par ma mère qui ne connaissait qu’un seul morceau : Tristesse, de Chopin [Étude op. 10 n° 3, ndlr]. Quand j’ai eu 8 ou 10 ans, elle m’a inscrit à des cours de piano avec une vieille dame « à côté de la plaque ». Je me revois traverser à pied des chemins noirs et peu engageants en sortant de l’école en plein hiver pour me rendre chez ce professeur.

Cela ne vous a pas empêché d’utiliser le piano dans vos films…
C’est un instrument qui fonctionne bien au cinéma. Je viens de tourner Une petite musique, un film à la fois léger et mélancolique, et je l’accompagne de la Gnossienne n° 5 de Satie. La musique doit être indépendante de l’action. Si elle commente ou provoque l’émotion, elle devient artificielle.

Pour votre film Madame Solario, qui a pour cadre les rives du lac de Côme au début du xxe siècle, vous avez fait appel au pianiste Patrick Dechorgnat pour écrire la musique. Pourquoi ce choix ?
C’est André Tubeuf, mon conseiller musical, qui me l’a recommandé. Il est arrivé tard sur le projet et avant qu’il intervienne, je me suis débrouillé tout seul de façon assez dangereuse. Par ailleurs, je me suis intéressé à la musique déjà existante pour la bande originale, notamment le Quatuor à cordes n° 1 de Saint-Saëns. Il a quelque chose d’abouti qui correspond au propos du film : les derniers sursauts d’un monde avant la guerre de 1914, avant son engloutissement dans le lac.

Au début du film, un personnage raconte le passé de Madame Solario en interprétant une valse de Chopin. Comment vous est venue cette idée ?

Nous avons tourné dans une superbe villa ancienne sur les rives du lac. Il y avait un piano. La séquence n’était pas prévue. Tout s’est passé de manière improvisée et c’est un figurant qui a interprété la scène.
La musique est parfois aussi l’un des personnages principaux, comme dans Nannerl. Quelle a été la genèse du film ?
En lisant la correspondance de Mozart, je suis tombé sur les lettres de son père, Leopold, au sujet d’une tournée à travers l’Europe. Je me suis imaginé ce voyage. Le couple Mozart avait deux enfants prodiges, Wolfgang et Nannerl. Cela m’intéressait de montrer le moment où Nannerl devenait femme et d’aborder la question de l’éveil de la sensualité dans une société qui écartait les filles machinalement.
La musique de Nannerl a été composée pour ce film. Elle côtoie les œuvres réelles de Mozart.

C’est un pari audacieux !
Je ne suis pas musicien et ce n’est pas en tant que musicien que j’ai voulu faire ce film. Je voulais me pencher sur la créativité d’un être que l’on empêche de créer. C’est la compositrice Marie-Jeanne Séréro qui a imaginé la musique de Nannerl. Je souhaitais être touché, impressionné par cette musique. Il ne fallait pas qu’elle soit trop classique, trop sage ou trop respectueuse. Lorsqu’André Tubeuf a écouté le résultat, il m’a dit : « Rien ne va d’un point de vue musical historique mais ce qui t’ira à toi, ira. »

Vous portez très souvent vos filles à l’écran. Marie, l’aînée, tient les rôles principaux de vos deux derniers longs métrages. Ne seriez-vous pas un Leopold Mozart ?
Leopold est très attachant, malgré son inconséquence totale… Pour ma part, je n’encourage pas mes filles à devenir actrices. C’est un métier difficile qui s’accompagne souvent d’un sentiment d’échec très violent.

Et vos prochains films ?
En dehors d’Une petite musique, tourné dans ma rue avec peu de moyens, j’ai un projet de plus grande envergure sur une période de la vie de Tchekhov. À l’âge de 29 ans, il s’est rendu sur l’île de Sakhaline, au fin fond de la Sibérie où se trouve un bagne. Il a fait une enquête sociologique sur l’enfermement qu’il a dénoncé. Le tournage est prévu cette année.
Propos recueillis par Elsa Fottorino
Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz