Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Pédagogie / Les conseils d'Alexandre Sorel / JOHANNES BRAHMS : INTERMEZZO N°2
Pédagogie
Supérieur

JOHANNES BRAHMS : INTERMEZZO N°2

Par Alexandre Sorel / Vendredi 3 mai 2013 / Pianiste Magazine N°80 - MAI-JUIN 2013
Diminuer la taille des caractères de l'article : JOHANNES BRAHMS : INTERMEZZO N°2 Augmenter la taille des caractères de l'article : JOHANNES BRAHMS : INTERMEZZO N°2 Imprimer l'article : JOHANNES BRAHMS : INTERMEZZO N°2
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : JOHANNES BRAHMS : INTERMEZZO N°2
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : JOHANNES BRAHMS : INTERMEZZO N°2
Voter (0)

Cet Intermezzo n° 2 est empreint d'une poésie paisible et fiévreuse à la fois, à la manière d'une pièce de Schumann.


MES. 1-2

Brahms commence ce morceau, là encore, par des harmonies très instables. Nous sommes en mi mineur, mais nous débutons par les harmonies de do (degré VI) la (degré IV), si (V)4. Considérer la musique sous cet angle, ce n'est pas uniquement de l'analyse, c'est surtout apprendre à être plus sensible car le compositeur, en choisissant ces harmonies, révèle une intention précise : il veut nous maintenir en haleine. Cette suspension est donc la traduction d'une question sans réponse. Elle doit nous envahir corporellement.

Le plus important est ensuite d'apprendre à jouer des notes répétées legato sans la moindre sécheresse. Cela n'est possible qu'en exigeant de vous-même la plus grande souplesse du poignet. Efforcez-vous de laisser toujours la pulpe de vos doigts en contact avec la touche. Cette dernière doit rester abaissée le plus longtemps possible, permettant ainsi à la corde de vibrer pratiquement jusqu'à la note suivante. Ce n'est qu'à la dernière seconde que la touche doit remonter afin de rejouer.

Il faut beaucoup de maîtrise de soi pour parvenir à pareille souplesse. Du reste, d'une manière générale, il est beaucoup plus difficile de maîtriser la souplesse, la légèreté (qui exige une concentration d'écoute bien supérieure), que de se laisser crisper en jouant dur ou trop fort.

Rappelons que, dans la musique de Brahms, les parties dites secondaires (alto et ténor) ont une importance toute particulière. Ce sont elles qui donnent toute sa texture et son épaisseur au chant principal. Apprenez à chanter l'alto de cet Intermezzo. Il forme un contrechant subtil et varié. Vos parties secondaires doivent être vivantes et nuancées, comme si elles étaient jouées par des instrumentistes autonomes, au sein d'un vrai quatuor à cordes.

Puis, examinez et analysez les minuscules gestes du poignet nécessaires pour restituer le phrasé et l'accentuation. Ils sont opposés aux deux mains et il faut tomber (de haut en bas) dans la première des doubles croches (que ce soit à la main gauche ou à la main droite). Cela se fait donc alternativement. Visualisez ces gestes comme une véritable "danse des mains". Entraînez-les, afin de créer ce que j'appelle une "mémoire musculaire-musicale".




MES. 29

Voici, à la main gauche, à nouveau des hémioles.La mesure est à trois temps. Chaque temps doit comporter deux croches ou quatre doubles croches. Or, Brahms phrase par petits groupes de trois notes. Ce sont des sortes de "mots-musicaux", de phonèmes autonomes, qui viennent contrarier la pulsation. Pour les jouer, il faut oublier (provisoirement) cette dernière et faire entendre ces groupements par trois notes. Cela donne un balancement rythmique très riche et presque moderne, à la manière des pièces de jazz. Apprenez d'abord mains séparées et assurez la pulsation à la main droite par deux croches. Puis, toujours à part, phrasez la main gauche par trois doubles croches. Ensuite, mettez les mains ensemble.

Surveillez et écoutez les notes qui tombent ensemble. Vous devez être comme deux musiciens jouant en même temps ce passage.





MES. 35- 39

Ce deuxième thème, s'il est de caractère tendre, ne doit pas conduire pour autant à sombrer dans une mièvre sentimentalité. La vie de Brahms n'est que noblesse et pudeur, du moins quant à l'expression de ses sentiments intimes, comme en témoigne l'admirable biographie que lui a consacrée Claude Rostand. Exécutez plutôt ce qui est écrit. Suivez la voix médiane à l'alto, qui vient en contrepoint du chant. La pédale ne suffit pas pour en assurer le legato. Exercez-vous impérativement sans pédale. Cette voix passe alternativement d'une main à l'autre. Le mi (pouce) est joué avec la main droite, puis il est répété par la main gauche (sur le 3e temps). Répétez-le vraiment. Remontez la note et rejouez-la. Vient ensuite le à la main droite, lui aussi répété par la main gauche... Sentez votre pouce sur sa tranche, avec son maximum de contact, tenez la note jusqu'à la suivante et faites chanter cette partie avec vos doigts.








MES. 52-53

Dans ce passage plus agité, écoutez en premier la régularité du tempo assuré par la main gauche. Surveillez particulièrement ses temps faibles. Le deuxième temps, notamment, ne doit pas vous échapper. Ne pressez pas les fins de phrases. Nous avons souvent tendance à en "avaler" les dernières notes, car nous avons peur du déplacement pour aller chercher les basses. Mais le corps ne peut mesurer un déplacement qu'en sentant à la fois son point de départ et son point d'arrivée ! Enfin, exécutez toutes les indications de nuances : soufflets, cresc, dolce...égalementavec votre main gauche. Celle-ci doit être écoutée en premier.Il faut spécialement en sculpter le rythme, le tempo, le phrasé, la "plastique musicale" car, en réalité, elle est plus difficile à entendre.




Abonnez-vous
à Pianiste
Notre expert
Photo de l'expert Pianiste Magazine : Alexandre Sorel
Alexandre Sorel
Passionné par la pédagogie, professeur au Conservatoire de Gennevilliers, j’ai créé une collection intitulée « Comment jouer » (Ed. Symétrie). J’enregistre aujourd’hui le CD joint à Pianiste, choisis et commente les œuvres proposées. Je cherche sans cesse à jouer avec plus de sûreté – en quête de justice rendue à l’œuvre –, de beauté et d’émotion. Amoureux du génie de Chopin, je demeure convaincu, à l’instar de sa pensée, que « technique » et art de la déclamation musicale vont de pair. C’est pourquoi je ne cesse de m’interroger sur la technique et la musique elle-même, de mettre en pratique cette belle phrase de Schumann : « On n’a jamais fini d’apprendre. »...
Autres experts
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz