Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Jeux concours
JEU-CONCOURS PHONON

JEU-CONCOURS PHONON

JOUEZ ET GAGNEZ : DEUX CASQUES PHONON SMB-02 D’UNE VALEUR UNITAIRE DE 360€ & ...
Tous les jeux-concours
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Actualités / / SPÉCIAL CADEAUX DE NOËL

SPÉCIAL CADEAUX DE NOËL

Par PIANISTE / Mercredi 13 novembre 2013
Agrandir l'image :
Diminuer la taille des caractères de l'article : SPÉCIAL CADEAUX DE NOËL Augmenter la taille des caractères de l'article : SPÉCIAL CADEAUX DE NOËL Imprimer l'article : SPÉCIAL CADEAUX DE NOËL
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : SPÉCIAL CADEAUX DE NOËL
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : SPÉCIAL CADEAUX DE NOËL
Voter (0)
À l’approche de Noël, voici une sélection de CD, DVD et livres-disques, parmi les nouveautés, pour initier les enfants à la musique classique et/ou régaler les oreilles des plus grands..

ENFANTS


Monsieur Ravel, rêve sur l’île d’Insomnie



L’horloge s’est détraquée et le temps s’est arrêté sur l’île d’Insomnie : Monsieur Ravel tourne en rond. Un comble pour celui que Stravinsky appelait « l’horloger suisse » ! Mais une chance pour les enfants qui, dès la première note jouée et la première page de l’album tournée, embarquent pour un voyage intemporel magistralement organisé par Frédéric Clément.

Cet artiste aux multiples talents, bien connu de la littérature jeunesse, est ici tout à la fois auteur, illustrateur et narrateur. Sans doute est-ce là une des raisons de la totale réussite de ce conte musical « raccord » à tout point de vue, machine à rêve formidablement bien huilée qui épouse harmonieusement le riche univers du compositeur français : Prélude à la nuit (Rhapsodie espagnole, version orchestrale), Pavane pour une infante défunte, Jeux d’eau (Miroirs), Air de la tasse chinoise, Air de la théière (L’Enfant et les sortilèges)… le disque regorge de pépites musicales entre les notes desquelles les mots glissent avec délicatesse et cocasserie.

Pour profiter pleinement de cette « échappée belle au pays de Ravel », on s’attardera sur les compositions graphiques de l’auteur, troublantes de beauté, qui ouvrent grandes les portes de l’imaginaire. Et l’on se laissera emporté, enfin, par l’hypnotique Boléro donné dans son intégralité (15 min !), en guise de finale, dans une version irréprochable. Un coup de cœur, doublé d’un coup de chapeau.
Michelle Muller

Réalisation artistique : Gilles Avisse. 1 livre-disque, éditions Didier Jeunesse.




Le Chant des oiseaux



Associer la musique classique au chant des oiseaux n’est certes pas original, mais, à tous les coups, ça fait mouche. Le pari de cet album-concept était donc en partie gagné. La pertinence des extraits musicaux, puisés dans les répertoires variés et proposés dans des enregistrements de qualité, alliée à la beauté des illustrations de Cecilia Varela fait le reste.

Du très convenu Carnaval des animaux de Saint-Saëns au plus surprenant Mélancolie d’Einojuhani Rautavaara en passant par Messiaen (Le Rouge-gorge), Bernardo Pasquini (Toccata con lo scherzo del cucco) ou encore les chants polyphoniques de Clément Janequin, une vingtaine de courts morceaux forme une fantaisie zoologique de vingt-six minutes à laquelle les jeunes oreilles comme les plus averties ne devraient pas résister. Car ici, voix, flûte, violon, violoncelle, clavecin, piano ou hautbois tour à tour gazouillent, caquettent, roucoulent et cacardent à qui mieux mieux, rivalisant de virtuosité avec le syrinx de nos amis à plumes.

Un guide d’écoute, les biographies des compositeurs ainsi qu’un glossaire viennent compléter cet ensemble savamment orchestré qui enchante de bout en bout et que l’on peut acquérir les yeux fermés.
M. M.

Sélection musicale et textes d’Ana Gerhard. Traduit de l’espagnol par Caroline Déry.
1 livre-disque, éditions La Montagne secrète (Folle Avoine Productions). www.lamontagnesecrete.com



LE GATEAU DE OUISTITI


Le Gâteau de Ouistiti
Le Gâteau de Ouistiti, paru chez Didier Jeunesse, régalera les yeux et les oreilles des tout-petits. Certains jeunes lecteurs découvriront, d’autres retrouveront les facéties de la petite souris qui a déjà fait des siennes dans trois précédents albums. Cette fois-ci, c’est en musique et auprès d’un singe apprenti cuisinier que le petit mammifère, croqué par Cécile Hudrisier, les entraîne à travers des aventures gentiment turbulentes. Piano, toy piano, crécelles… l’insolite batterie d’instruments déployée par le pianiste Timothée Jolly orchestre avec beaucoup de fraîcheur cette épopée gourmande ponctuée de chansonnettes, de comptines et de jeux de doigts, comme il se doit.
M.M.
Voix et textes de Cécile Bergame. Coll. « Polichinelle ».


ET AUSSI…



Le livre-disque Mes Plus Belles Berceuses classiques, publié aux éditions Gallimard Jeunesse, propose au tout jeune public une heure de musique classique. Schubert (Berceuse op. 498 n°2), Debussy (Suite Bergamasque…), Schumann (Scènes d’enfants), Chopin (Nocturne) sont, entre autres, convoqués pour apaiser les esprits échauffés des minots, les acheminer vers l’endormissement et, à n’en pas douter, favoriser de doux rêves. Les extraits musicaux retenus, pour n’être pas d’une grande originalité – les « fondamentaux » en quelque sorte –, n’en sont pas moins efficaces, d’autant que les enregistrements sont de qualité.
De belles et variées illustrations habillent cet ensemble qui se présente sous un format cartonné pour parer à toutes épreuves – il se peut que l’on veuille s’y faire les dents !
M.M.
(Illustré par C. Gambini, E. Fouquier, O. Latyl et Ch. Roederer.)



Dans la même veine, Didier Jeunesse publie Les Plus Belles Berceuses classiques, soit trente-cinq minutes de musique allant de Schubert (Ständchen) à Offenbach (Barcarolle), en passant par Fauré (Après un rêve), Bizet (La Poupée) ou encore empruntant un détour par le traditionnel avec Brezairola, le tout orchestré par Sergio Menozzi et interprétée par l’Ensemble Agora.
Si l’on salue la belle diversité des répertoires proposés, on est un peu plus réservé sur l’interprétation quelque peu monochrome et rébarbative du quintette à vent et harpe. Sans doute attend-on un peu plus de fantaisie ou, du moins, de rupture de ton sur la durée pour espérer soutenir l’attention des plus petits. Les très belles illustrations d’Élodie Nouhen, empreintes de douceur mais non dénuée de fantaisie et de malice, viennent en renfort pour capter l’attention d’un livre-disque un peu trop sage. Mais de « berceuses », il porte bien le nom car, en effet, on finit par… s’endormir. N’était-ce pas là le but ?
M.M.

JAZZ





« La leçon de jazz d'Antoine Hervé : les pianistes »



Une demi-journée presque de jazz ! Un rêve ! De quoi s’enfermer chez soi pour découvrir avec le public, la vie de quelques-uns des plus grands jazzmen de notre époque, mais surtout leur personnalité musicale, et quelques « recettes » de leur technique. Antoine Hervé – bien connu des lecteurs de Pianiste – décortique ainsi avec autant de décontraction que de rigueur, ce qui fait l’âme de ces musiciens. Il offre ce que personne avant lui n’avait osé entreprendre : un voyage dans les esthétiques du jazz.

Avec lui, le jazz, n’est plus seulement réservé à des initiés ou des auditeurs hébétés et admiratifs. Parce qu’il a été formé à l’écriture classique, Antoine Hervé avec ses dons de pédagogue révèle les liens entre les courants musicaux, prenant Bach, Stravinsky, Debussy à témoin, montrant l’influence du jazz sur les musiques actuelles, replaçant chacun dans son temps. Ce coffret de 6 DVD regroupe des « leçons » déjà parues. Il est la plus intelligente initiation au jazz que l’on puisse imaginer.
Luc Nevers
Oscar Peterson, Thelenious Monk, Bill Evans, Dave Brubeck, Keith Jarrett
RV Productions 6 DVD. 11 h 30’



CLASSIQUE



Vladimir Horowitz
« Live at Carnegie Hall »




L’objet, en lui-même, est déjà magnifique avec son design élégant et un livret de près de 200 pages. Le coffret réunit pour la première fois l’intégralité des concerts que donna le pianiste américain au Carnegie Hall de New York jusqu’en 1978 avec, notamment, le légendaire concert du 25 avril 1943 sous la direction de Toscanini (Concerto n° 1 de Tchaïkovski) et bien d’autres événements comme le « retour » du pianiste en 1965. S’ajoutent trois récitals captés à son domicile ainsi que sa prestation télévisée en 1968, inédite depuis quarante-cinq ans. Sept récitals, près d’une cinquantaine de pièces sont entendues pour la première fois.

Ce que l’on retient de ce parcours de légende – Horowitz se produisit pour la première fois au Carnegie Hall, le 12 janvier 1928 – et que l’on retrouve à l’identique dans les gravures en studio, c’est d’abord un « son » à nul autre pareil. Un son qui se propulse dans l’immense salle (près de 3 000 places) : la touche est percutée avec un effet inimitable, la pédale calculée au minimum accentue l’impact des doigts, leur glisse au fond de la touche, les mains étant posées presque à plat. Le répertoire, ensuite, que l’on a trop vite fait de résumer en une suite de « bis » et à des pièces sans liens entre elles révèle d’un art consommé de l’effet.

Si la mode des « encore » était la marque de fabrique des récitals d’avant-guerre, Horowitz possédait de fait la science de les ordonner pour que la tension dramatique ne cesse de croître. Les piécettes, morceaux de bravoure s’insèrent habilement entre une sonate de Beethoven, une autre de Haydn, une Toccata de Bach, trois pièces ici et là de Rachmaninov ou de Prokofiev… L’attention du public est captée par des prises de son remarquables de présence. On est pris par cette magie sonore, un magnétisme foudroyant qui atteint le délire dans les sonates de Scarlatti, la Sonate n° 2 de Rachmaninov. Mais, il y a aussi chez Horowitz la manière de raconter, ou plus exactement de mettre en scène telle ou telle musique comme une si étonnante Sonate n° 3 de Schumann. On retrouve, enfin, l’un des interprètes les plus géniaux des mazurkas de Chopin et des sonates de Clementi dont il défendit inlassablement la cause. Un coffret majeur de l’histoire du piano.
Stéphane Friédérich
Sony Classical 41 CD + 1 DVD


Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz