Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Actualités / Interprètes / JULIEN FAURE : UN ART TOUT EN SIMPLICITE

JULIEN FAURE : UN ART TOUT EN SIMPLICITE

Par Margaux Malinge / Mercredi 5 mars 2014
Agrandir l'image :
Diminuer la taille des caractères de l'article : JULIEN FAURE : UN ART TOUT EN SIMPLICITE Augmenter la taille des caractères de l'article : JULIEN FAURE : UN ART TOUT EN SIMPLICITE Imprimer l'article : JULIEN FAURE : UN ART TOUT EN SIMPLICITE
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : JULIEN FAURE : UN ART TOUT EN SIMPLICITE
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : JULIEN FAURE : UN ART TOUT EN SIMPLICITE
Voter (2)

Le récital du 22 février 2014 donné par le pianiste dans l’église St-Merry annonçait la sortie de son nouveau disque « Tout pour Chopin » qui sortira le 12 juin. Rencontre avec un musicien hors pair.


Virtuosité et émotion étaient les maîtres mots du pianiste ce soir-là, dans l’église de St-Merry. Dépourvu de tout artifice, le jeu du musicien est à l’image de l’homme lui-même, qui s’installe à son piano sans manière ni mise en scène. La simplicité, c’est le leitmotiv de Julien Faure qui jongle naturellement avec les états d’âme de Chopin, de la colère à la douleur. Un des temps forts de ce récital : la Marche funèbre, où le pianiste est parvenu à en exprimer toute la souffrance, sans pour autant tomber dans le pathétique larmoyant. Dans une église à l’acoustique à la fois bien définie - ce qui est rare dans ce type de lieu - et rayonnante, le musicien a montré sa maîtrise des nuances avec élégance et panache.



Julien Faure a enregistré dans l’acoustique remarquable

de la salle Colonne, à Paris - Photo DR



A l’issue du concert, nous avons rencontré le pianiste.


Comment avez-vous acquis votre technique ?

Je ne pense pas qu’on puisse uniquement parler de facilités. Une technique s’acquiert avec beaucoup de travail. Mes débuts ont été déterminants grâce aux cours d’Isabelle Capart. Elle était ferme tout en restant pleine de bons conseils sur l’interprétation et la musicalité des morceaux. Et bien sûr, elle était dotée d’une grande pédagogie. J’avais exactement 4 ans et demi quand j’ai commencé le piano avec elle. Par la suite, j’ai travaillé avec Emmanuel Mercier et Frédéric Aguesy. Pour moi, la technique c’est avant tout l’économie de moyens. Un peu comme le sport, il faut se concentrer, éviter tout geste superflu pour aller à l’essentiel.


Comment s’est passée votre entrée au Conservatoire de Paris ?

A 15 ans, l’entrée au Conservatoire a été vraiment dure, je l’avoue, notamment dans l’apprentissage de la technique pure. L’investissement personnel fut colossal. Mais j’en retiens aussi de très bonnes choses. J’ai eu d’excellents professeurs comme Emmanuel Mercier et Brigitte Engerer.


Pourquoi avoir choisi Chopin pour ce récital ?

J’aime particulièrement ce compositeur et la Deuxième Sonate est une œuvre-clé pour moi. Je l’ai entendue pour la première fois sous les doigts d’Arturo Benetetti Michelangeli. Il y a des disques de votre bibliothèque musicale qui ont une importance majeure… Quant à la Ballade, je l’ai découverte au Conservatoire.


En dehors de la musique classique, vous vous passionnez pour la « pop anglo-saxonne », et vous composez vous-même des chansons. Parlez-nous de ce double répertoire…

Il est vrai que j’ai moi-même comparé mon style de composition à de la pop anglaise, mais c’est plus histoire de « classifier » mes morceaux. Pour moi, composer relève d’une nécessité. Interpréter les classiques revient à instituer la musique d’autres personnes et j’ai ressenti le besoin de composer mes propres morceaux. Je pense que c’est le cas pour beaucoup d’autres musiciens. Pour le moment, je compose pour piano et voix, mais j’aimerais pouvoir enregistrer des versions jouées en groupe.


Avez-vous pris des cours de chant afin d’accompagner vos compositions ?

Tout ce que j’ai reçu, c’est une formation de chant au Conservatoire. Le chant me paraît indissociable du piano. Quand on joue, on fait aussi “chanter” le piano.


Quel type de jeu privilégiez-vous ?

Je privilégie avant tout la simplicité. Ne pas chercher à en faire trop, à tomber dans la démonstration technique ou l’exagération émotionnelle. On peut être très expressif tout en restant simple, c’est vraiment ce que je recherche. Au Conservatoire de Paris, on nous apprenait, par exemple, à faire de grands phrasés. J’ai essayé de préserver ce savoir, tout en recherchant mon propre jeu. Bien sûr, se produire sur scène ou travailler chez soi reste très différent, on ne peut pas avoir les mêmes libertés.


Comment travaillez-vous vos partitions ?

J’essaie toujours de comprendre au mieux la partition en elle-même, en recherchant les intentions du compositeur, pour ensuite mieux m’en détacher. Cela peut paraître contradictoire, mais je pense qu’il vaut mieux avoir pleinement conscience de la volonté du compositeur pour ensuite élaborer une interprétation plus personnelle. Au début je travaille à fond sur la partition, j’essaie vraiment d’être rigoureux, de “devenir” Chopin, d’une certaine manière. Le concert devrait être une recréation, c’est vraiment le mot. Comme si l’œuvre était jouée pour la première fois.


Parlez-nous des autres compositeurs qui constituent votre répertoire…

Ravel reste de loin mon compositeur préféré. Il possède beaucoup de points communs avec Chopin notamment sur le plan esthétique. Sa musique offre une complexité psychologique, qu’on ne retrouve pas chez Beethoven par exemple, qui fait plus office de figure paternelle pour moi. Jusqu’à 20 ans, je jouais surtout du Beethoven, notamment la petite Sonate n°20, opus 49.


Avez-vous d’autres projets de récitals ou d’enregistrements dédiés à tel ou tel compositeur ?

Après ce disque Chopin, j’aimerais enregistrer du Beethoven ou du Schubert, l’opus 90 de Beethoven dont je parlais tout à l’heure. Sa petite Sonate est très schubertienne, ce qui suggère un lien entre les deux compositeurs. Je pourrais tout aussi bien faire un disque sur les deux à la fois, en tout cas ce qui est certain est que je compte en faire un concert.


A écouter :

Jeudi 13 mars : 19h30, mairie du 7ème arrondissement, programme Bach et Beethoven.

Dimanche 23 mars : 16h, chapelle Saint-Bernard-de-Montparnasse, programme Bach et Beethoven.

Vendredi 11 avril : 12h45, espace Georges Bernanos Saint-Louis d’Antin, programme Chopin et Debussy.

Mercredi 7 mai : 20h30, Temple du Luxembourg, programme Chopin et Debussy.

Mercredi 14 mai : 19h30, L’entrepôt, programme Chopin.

Jeudi 12 juin : 20h, salle Colonne, Concert de présentation du cd, programme Chopin.


Julien Faure en 5 dates :

- En 1989, il entre au Conservatoire National de Boulogne-Billancourt, dans la classe de Geneviève-Ibanez.

- En 1998, il obtient son premier prix au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, dans la classe de Brigitte Engerer.

- En 2004, il entre en 3ème cycle au Royal College of Music de Londres.

- En 2005, il obtient un premier prix d'harmonie à l'unanimité dans la classe d'Isabelle Duha.

- En 2010, il participe pour la première fois au Programme Européen de Piano de la Commission Européenne.


Pour plus d'informations : www.jfaure.fr.

Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz