Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Pédagogie / Les conseils d'Alexandre Sorel / BACH : PETIT PRÉLUDE BWV 934
Pédagogie
Débutant

BACH : PETIT PRÉLUDE BWV 934

Par Alexandre Sorel / Mardi 8 juillet 2014 / Pianiste Magazine N°87 - juillet-août 2014
Diminuer la taille des caractères de l'article : BACH : PETIT PRÉLUDE BWV 934 Augmenter la taille des caractères de l'article : BACH : PETIT PRÉLUDE BWV 934 Imprimer l'article : BACH : PETIT PRÉLUDE BWV 934
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : BACH : PETIT PRÉLUDE BWV 934
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : BACH : PETIT PRÉLUDE BWV 934
Voter (1)
Petit Prélude en ut mineur BWV 934 (extr. des Sechs kleine Präludien für Anfänger auf dem Klavier)

Bach était un grand pédagogue. Jouer un petit morceau comme celui-ci peut donc nous apprendre beaucoup. Il nous invite à phraser et c’est là l’une des choses les plus importantes en musique. Phraser consiste d’abord à comprendre où débute une phrase et où elle finit et ensuite, à « sculpter » avec nos doigts sa courbe sonore.

MES 1-8



MES. 1-8
Commencez par « chanter » chaque main séparément. Cherchez à modeler vos phrases comme un peintre trace une courbe sur sa toile, d’un trait de pinceau. Lorsque l’on apprend une œuvre pour piano, si l’on veut que « les doigts se souviennent », il ne faut jamais jouer deux notes exactement avec le même son, sans une inten-tion musicale. C’est de faire vivre la phrase qui « réveille les doigts ». Qu’est-ce qui est musical ? Certes, il y a maintes exceptions mais, en règle générale, lorsque la mélodie descend, laissez-la s’atténuer et au contraire lorsqu’elle monte, « réchauffez-la » (augmentez un peu le son). Apprenez à relaxer les doigts depuis le métacarpe lorsque vous voulez diminuer et à les fixer davantage pour augmenter. C’est ce qui permet de « verser le poids » sans qu’ils flanchent.

Dès la première mesure, Bach suggère deux voix dans la même main. Une voix aiguë, mi bémol (4e, doigt sur le 2e temps) puis ré (5e sur le 3e temps), et une voix plus grave, sol, fa. Atténuez la voix grave en relaxant votre pouce. Au contraire, rendez fermes vos doigts du haut, les 4e et 5e, afin qu’ils sonnent un peu plus fort. Mesures 5 et 6, le partage en deux voix est encore plus évident. Faites sonner mi bécarre, fa, sol, la et atténuez le do qui est joué par le pouce. Vous constaterez que cela fait naître un petit mouvement de rotation de l’avant-bras, de gauche à droite, qui permet de verser le poids.

À la main gauche, on reconnaît l’écriture de Bach à ce que, très souvent, ses phrases ne commencent pas sur le temps lui-même, mais sur la deuxième note juste après le temps ou sur le temps faible. Mesure 5, la phrase de la main gauche ne commence pas sur le premier temps, le do grave, mais sur le do aigu, joué avec le pouce : do, si bémol, la, sol, fa/si bémol. Faites sonner ce do en raffermissant votre pouce. Ensuite, en descendant, diminuez en relâchant les doigts. La dernière note de la phrase, le premier si bémol de la mesure 7 doit être atténué, même s’il tombe sur le temps fort. Mesure 7, la même figure se reproduit un ton plus bas, à partir du si bémol. Jouez alors un peu moins fort. Déterminez ainsi les nuances générales tout au long de votre morceau. « Chantez » en vous-même, écoutez-vous et sentez ce qui se passe dans vos doigts.

MES. 16

MES. 16
Voici un passage inconfortable. À la main gauche, le deuxième doigt se déplace du la bémol grave au la bémol aigu en passant par-dessus le pouce. Pour jouer ce tournant, ne cassez pas le poignet. Là encore, le phrasé ne démarre pas sur le temps mais sur la deuxième croche. Pensez un petit « départ » sur la deuxième note puis sur le premier temps, atténuez les terminaisons et surtout ne les pressez pas, ne les bousculez pas.
Étudiez aussi la difficulté d’indépendance entre les mains. La main gauche doit être liée, tandis qu’il faut séparer les noires à la main droite. Pour vous habituer à ces sensations, exagérez le geste, en faisant ceci très lentement : là où les notes

doivent couper, levez très haut votre bras droit depuis l’épaule, jusqu’à votre tête. Enfin, appuyez le la bémol attaqué sur le troisième temps. C’est une syncope. Le son doit se prolonger sur le premier temps suivant. Projetez le son, comme une balle que vous lancez devant vous. Ainsi, l’on pourra entendre la rencontre dissonante entre ce la bémol prolongé et le ré bécarre de la main gauche. Si vous faites tout cela soigneusement, toutes vos mémoires travailleront, et vous apprendrez vite.

Dernier conseil : mettez bien les bons doigtés et ne les changez pas. Les doigtés servent pour préparer nos doigts aux notes qui viennent après. Un mauvais doigté empêche d’apprendre et bloque tout !




Abonnez-vous
à Pianiste
Notre expert
Photo de l'expert Pianiste Magazine : Alexandre Sorel
Alexandre Sorel
Passionné par la pédagogie, professeur au Conservatoire de Gennevilliers, j’ai créé une collection intitulée « Comment jouer » (Ed. Symétrie). J’enregistre aujourd’hui le CD joint à Pianiste, choisis et commente les œuvres proposées. Je cherche sans cesse à jouer avec plus de sûreté – en quête de justice rendue à l’œuvre –, de beauté et d’émotion. Amoureux du génie de Chopin, je demeure convaincu, à l’instar de sa pensée, que « technique » et art de la déclamation musicale vont de pair. C’est pourquoi je ne cesse de m’interroger sur la technique et la musique elle-même, de mettre en pratique cette belle phrase de Schumann : « On n’a jamais fini d’apprendre. »...
Autres experts
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz