Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Jeux concours
JEU-CONCOURS DEUTSCHE GRAMMOPHON

JEU-CONCOURS DEUTSCHE GRAMMOPHON

JOUEZ ET GAGNEZ 4 COFFRETS MAURIZIO POLLINI, COMPLETE RECORDINGS ON DEUTSCHE ...
Tous les jeux-concours
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Actualités / Interprètes / SKIP SEMPÉ : RAMEAU EN MAJESTÉ

En bref

SKIP SEMPÉ : RAMEAU EN MAJESTÉ

Par Pianiste / Mardi 26 août 2014
Agrandir l'image :
© Marco Borggreve
Diminuer la taille des caractères de l'article : SKIP SEMPÉ : RAMEAU EN MAJESTÉ Augmenter la taille des caractères de l'article : SKIP SEMPÉ : RAMEAU EN MAJESTÉ Imprimer l'article : SKIP SEMPÉ : RAMEAU EN MAJESTÉ
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : SKIP SEMPÉ : RAMEAU EN MAJESTÉ
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : SKIP SEMPÉ : RAMEAU EN MAJESTÉ
Voter (0)

Le claveciniste Skip Sempé célèbre le 250e anniversaire de la mort du compositeur Jean-Philippe Rameau. Rencontre avec un artiste qui joue franc-jeu.


Que représente pour vous l’oeuvre de Rameau ?

Elle possède une signification très spéciale pour moi. Très jeune, j’étais convaincu que les deux compositeurs à admirer, alors qu’ils étaient sous-estimés, étaient Monteverdi et Rameau. Monteverdi représente la fin d’une tradition, un peu comme Bach, qui était très différent de ses contemporains. Rameau, c’est aussi l’achèvement d’un chapitre musical. Après lui, les autres « chapitres » se nomment Chopin, Berlioz, Debussy, Ravel.

Rameau était organiste à Dijon, il était à part, déjà par son caractère (d’après ce que l’on sait, très «mauvais »...). Quant aux compositeurs comme Mondeville, Campra, ils sont plus ou moins des épigones de Lully, Dufly est une copie de Rameau, etc. En réalité, Rameau n’a pas eu de descendant.


Que pense un claveciniste du fait que l’on joue Rameau également au piano ?

« Il » n’aime pas ! Chaque fois que l’on a demandé à Gustav Leonhardt ce qu’il pensait de Glenn Gould, il disait : « It is the worst thing I haveever heard ! » (« C’est la pire chose que j’aie jamais entendue ! »). C’est un fait, Leonhardt, qui fut mon professeur, détestait le piano. Personnellement, j’adore le grand répertoire de cet instrument, mais joué par les pianistes du passé. Leur manière de concevoir la musique se traduisait dans le son de leur instrument. L’esthétique du piano actuel ne me plaît pas : le jeu et le son sont trop crispés. Que tout cela manque de générosité!


Pensezvous que les clavecinistes montrent davantage de générosité ?

Non, ils sont à la même enseigne. Depuis la Seconde Guerre mondiale, chaque décennie de nouveaux interprètes nous a amené des musiciens de plus en plus « coincés ». Au milieu des années 50 et jusqu’en 1975, il y avait, pour la musique baroque, les Harnoncourt, Leonhardt et Brüggen qui ont régné sur l’esthétique de l’instrumentarium et de l’interprétation. Au clavecin, Leonhardt a découvert ce que les pianistes avaient expérimenté. De Beethoven à Rachmaninov, ils ont éprouvé une maîtrise totale du gestuel musical absolument désinhibé. C’est la chose la plus séduisante qui soit.


Vous sortez un disque à l’occasion du 250e anniversaire de la mort de Rameau. Pourquoi avoir choisi le Requiem de Jean Gilles ?

Cette version de l’oeuvre, composée vers 1705, fut donnée lors du service funèbre de Rameau. Restée à l’état de manuscrit, elle n’a pas été enregistrée. Et pourtant, il s’agit d’une musique populaire au XVIIIe siècle. Dans la musique ancienne, on a la prétention d’aller au plus près des intentions du compositeur. Mais ici, c’est l’opposé, on ne peut pas être plus éloigné de l’intention du compositeur, parce que l’instrumentation change. Des phrases, des mouvements qui sont entièrement recomposés, avec des extraits de Castor et Pollux de Rameau.


Parleznous un peu de la saison des concerts Terpsichore à venir, et des symphonies à deux clavecins, avec Pierre Hantaï.

La première fois qu’on l’a fait, c’était une commande de la Cité de la Musique, sur les clavecins anciens du musée. On a aussi fait le disque pour Mirare, dans un théâtre à Arras.


Estimezvous assurer une sorte de transmission entre Leonhardt et les jeunes clavecinistes ?

Si Pierre Hantaï ou moi enseignons, c’est automatique. Après la mort de Gustav Leonhardt, beaucoup de gens nous ont demandé de faire des concerts en hommage. Mais, c’est ce qu’on fait en jouant à chaque fois ! Leonhardt a tellement d’influence... juste sur le toucher.



SKIP SEMPÉ EN CONCERT

17, 18 septembre : Oratoire du Louvre, Paris

25, 26 octobre : Salle Erard, Paris


 
Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz