Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Jeux concours
JEU-CONCOURS PHONON

JEU-CONCOURS PHONON

JOUEZ ET GAGNEZ : DEUX CASQUES PHONON SMB-02 D’UNE VALEUR UNITAIRE DE 360€ & ...
Tous les jeux-concours
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Pédagogie / Les conseils d'Alexandre Sorel / CHOPIN : IMPROMPTU N° 1 OP. 29
Pédagogie
Supérieur

CHOPIN : IMPROMPTU N° 1 OP. 29

Par Alexandre Sorel / Jeudi 30 octobre 2014 / Pianiste Magazine N°89 - novembre-décembre 2014
Diminuer la taille des caractères de l'article : CHOPIN : IMPROMPTU N° 1 OP. 29 Augmenter la taille des caractères de l'article : CHOPIN : IMPROMPTU N° 1 OP. 29 Imprimer l'article : CHOPIN : IMPROMPTU N° 1 OP. 29
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : CHOPIN : IMPROMPTU N° 1 OP. 29
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : CHOPIN : IMPROMPTU N° 1 OP. 29
Voter (0)

Ce célèbre Impromptu peut être considéré dans la continuité technique du morceau de Grieg Papillon.


MES. 1-4



Commencez par étudier les mains séparées et examinez la mesure. Elle indique un balancement à deux blanches et non pas à quatre noires. Votre geste doit correspondre à cette indication que nous donne Chopin. Si vous alourdissez votre jeu sur chaque noire au lieu de penser par blanches, si vous abordez mal le balancement rythmique, votre corps exécutera naturellement ce que lui aura demandé votre cerveau : il jouera trop « lourd » et ne pourra pas « aller de l'avant » avec toute la légèreté volubile qui est requise ici.


Rappelons que la conception musicale doit être première chronologiquement, dans le travail du piano. La réalisation au clavier en est la conséquence. Un principe technique général pour obtenir la vélocité nous est cependant conseillé par le grand pianiste Joseph Lhevinne : « La vélocité est d'ordre mental, tout autant que musculaire et nerveux. Certains l'acquièrent facilement, d'autres seulement à la suite d'un travail patient et acharné. Le meilleur principe général en vue de l'obtenir, est de prendre l'habitude de jouer avec une main parfaitement abandonnée et flottante. La rigidité des muscles et la vélocité ne vont1 jamais ensemble. »


FONDAMENTALE, QUINTE OU TIERCE : « ÉTAPE » OU « VOYAGE MUSICAL » ?

Notre but sera donc la vivacité, exprimée par la souplesse des mains et du corps. La souplesse est le seul état physique propre à transmettre suffisamment vite les informations transmises par notre cerveau. Chopin commence par poser la basse fondamentale et détermine ainsi la tonalité : la bémol majeur. « Posez » bien cette basse, laissez votre bras gauche se relaxer complètement vers la terre. Cependant, il n'en est pas de même à la main droite. En effet, Chopin débute son délicat « babil » par un mi bémol, qui n'est autre que la quinte de l'accord de la bémol. Or, la quinte, qui est le deuxième harmonique d'un son (après l'octave) est d'essence plus interrogative que la fondamentale. Elle est comme un point d'interrogation musical.


D'emblée, il faudra donc s'élancer vers un « ailleurs », éviter d'asseoir votre pensée et votre jeu sur ce mi bémol. Sentez la différence de sensations entre vos deux mains. La basse est posée, mais ce mi bémol à la main droite doit être pris « vers le haut » comme dirigé « vers le futur » du morceau. D'emblée, il permettra à vos doigts de s'élancer musicalement au lieu de demeurer englué dans le début. Dans tout l'Impromptu, si vous voulez que vos doigts soient véloces, élaborez votre jeu selon ce même principe de réflexion harmonique. Demandez-vous où « avancer » et où vous « poser » physiquement, en fonction de ce que vous savez de l'harmonie. Souvenez-vous qu'un renversement d'accord n'est pas aussi conclusif qu'une note fondamentale (surtout si cette dernière intervient sur le temps fort).


À PROPOS DES « ÉCLATS » DES NOTES AIGUËS. Nous visons l'agilité, pareille au « fraismurmure d'un ruisseau », suivant l'image choisie par le pianiste Raoul Koczalski ­ qui fut un élève de Mikuli, lui-même élève de Chopin2 ­ pour décrire cet Impromptu. Osons un postulat que personne ne contestera : Chopin était un être suprêmement distingué, éminemment raffiné et délicat. Or, quelles sont les notes les plus « fines » et délicates pour notre oreille ? Ce sont les notes aiguës... Elles ont moins d'épaisseur que les sons graves et il faut leur porter une écoute particulière. Mettons en lumière la clarté « spirituelle » de ces aigus.


Voici un exemple. Dans ce premier motif, la courbe mélodique s'élance par étapes. Elle monte d'abord jusqu'au fa (mesures 1 et 2) puis descend un peu (fa, mi, mi bémol...). Cela se reproduit dans la seconde mesure, puis la mélodie se hisse encore plus haut, jusqu'au do de la mesure 3. Ensuite, le flux musical redescend progressive- ment : si bémol, la (avec 4e-3e), sol, fa (4e 3e), mi bémol, ré (4e-3e) et ainsi de suite jusqu'au « creux » musical, qui survient mesure 4, avant le retour du thème, mesure 5. Après avoir joué le do (mes. 3), diminuez en relaxant vos doigts progressivement. Ce parcours musical d'intensité sonore, s'il est bien conçu, est la clé de cette souplesse de la main que recommande Joseph Lhevinne car il en est la cause. C'est votre volonté musicale qui détermine la sensation que vous devez ressentir dans vos doigts. Ne saturez pas l'oreille avec les notes graves, percevez toujours les sommets des notes aiguës et détendez vos doigts qui jouent en dessous.


À PROPOS DE LA PÉDALE. Dès le début, ycompris en étudiant mains séparées, apprenez en mettant la pédale comme indiquée par Chopin. Voyez exactement où il faut relever le pied. Chopin note toujours ce signe « * », là où il faut ôter la pédale. Il est essentiel de la mettre comme il faut dès le début de l'étude, car la mémoire du corps assimile tout ce qu'on lui donne en pâture : les bonnes choses comme les mauvaises.


À PROPOS DES DISSONANCES. Lorsquevous mettez les mains ensemble, habituez votre oreille à supporter les frottements dus aux dissonances. Certaines rencontres sont ici assez âpres : do-ré (mesures 1, 2e croche, avec les pouces), puis ré-do (1re croche du 2e triolet), puis mi bémol contre mi bécarre (dernière croche, troisième triolet), etc. Si votre oreille n'est pas « certaine que c'est bien cela qu'il faut jouer », si elle hésite une fraction de seconde, la fluidité ne sera pas au rendez-vous. Mais lorsque l'on joue du piano, il ne peut être question de perdre du temps, d'hésiter même une fraction de seconde !


À PROPOS DES POUCES. Les notes jouées par nos pouces ont une tendance naturelle à sonner moins distinctement que les notes jouées par les autres doigts. Cela est dû à la position de ce doigt qui n'est pas la même que les autres et à la main qui a tendance à basculer vers le 5e. Karl Leimer note dans son ouvrage Le Jeu moderne du piano3 : « On ignore en général que le pouce dans bien des cas, sonne plutôt faiblement [...]. Dans la vie courante, le mouvement naturel du pouce (qui est opposable) le porte à se tenir sous les autres doigts, tandis que l'attaque de haut en bas demande quelque exercice et n'est guère facile à effectuer [...]. C'est pourquoi le « frappé » du pouce est généralement trop faible bien que celui-ci soit peut-être le plus vigoureux des doigts. » Contrôlez le poids de vos parties de ténor et d'alto. Attention, cela ne veut pas dire qu'il faut les jouer plus fort, mais qu'il faut éviter les « trous ».


Lorsque vous allez des touches noires aux touches blanches, ne relevez pas le poignet. Glissez devant vous par un « mouvement de tiroir ». Ce mouvement de pousser-tirer sans casser le poignet, était recommandé par Tellefsen un élève de Chopin, auquel ce dernier confia le soin de terminer son Esquisse pour une méthode de piano.


MES. 7-10



CADENCES, RESPIRATIONS PHYSIQUES. La liberté et la sensation d'aisance quisont indispensables pour jouer vite dépendent d'un élément essentiel, à savoir l'harmonie qui est contenue dans le morceau. Nous le répétons inlassablement : il faut que votre corps « respire » avec les fonctions harmoniques de l'oeuvre. Mesure 8, la basse indique si bémol, puis mi bémol. Chopin se dirige donc vers la tonalité de mi bémol majeur. De ce fait, le do bémol qui précède est le VIe degré mineur de ce ton. Ressentez ce degré comme une « promesse » du ton qui va venir. Ne l'écrasez pas, n'interrompez pas votre jeu avant d'arriver à la conclusion. Sentezla. Au contraire, sur l'aboutissement mi bémol. Relaxez-vous bien vers le bas, expirez.


Notons que cela présente une difficulté liée au relief même du clavier. En effet, mi bémol est une touche noire, en hauteur par rapport aux touches blanches. Il n'est pas facile de descendre sur une « marche » haute quand on vient d'une « marche » basse ! La manière de bien déterminer la place des résolutions harmoniques demeure la clé de la légèreté et de la souplesse de votre jeu.


MES. 23-26



Mesure 23, Chopin a noté des accents toutes les deux notes à la main droite mais, à la basse seulement sur chaque blanche (un triolet sur deux). La main droite se retrouve donc en « conflit » avec le rythme de triolets qui devrait grouper trois notes. Cela « casse » la mesure. On appelle ce procédé des « émioles ». Le geste à exécuter dépend de cette accentuation. Basculez un peu de gauche vers la droite par une petite rotation de l'avant-bras afin de faire sonner ces notes aiguës. Ne négligez pas pour autant d'entendre les notes jouées par votre pouce (alto), même si elles doivent être moins fortes.


MES. 35-42



Le thème de la partie centrale doit être joué très cantabile. Comment faire chanter au mieux cette belle mélodie? D'abord, le chant commence par un do. Comme au début, il ne faut pas poser ce do car il représente la quinte de l'accord et sa nature est interrogative. Sentez la touche, maintenez-la abaissée, poignet libre, puis remontez le poids. Pour que ce nouveau thème puisse exprimer toute sa beauté, cela dépend aussi de la façon dont vous saurez l'enrober de sa texture harmonique. Remarquez la position de ces accords, en particulier la note qui « manque » à la main gauche pour que l'accord soit complet. Quand elle n'est pas à la main gauche, elle apparaît à la main droite et inversement. Cela est typique des chants de Chopin soutenus par des accords.


Exemple : mes. 36, à la main gauche, nous avons l'accord do, mi bécarre, si bémol auquel il manque le sol. Mais ce dernier se trouve justement à la main droite, au chant. Prenez l'empreinte de votre accord en relevant le doigt qui ne joue pas. Écoutez le grain sonore que donne cette position et constatez que toutes vos mémoires travaillent en même temps ! Mesures 38 et 39, remarquez l'échange de notes entre main droite et main gauche. Le chant joue d'abord un si bécarre, cette note qui manque à l'accord de main gauche. Au contraire, lorsque ensuite le chant joue le ré bécarre, le si bécarre apparaît dans l'accord de gauche. Écoutez cette voix linéaire interne à l'accord. L'harmonie est donc une totalité, un ensemble sonore. Pensez non seulement à la mélodie mais à la soutenir avec l'épaisseur des harmonies.


Enfin, Chopin disait : « Le poignet [est] la respiration dans la voix. » Cette idée capitale est précisée par un souvenir d'Emilie von Gretsch qui rapporte une leçon qu'elle reçut de Chopin, à propos de l'un de ses Nocturnes : « Aujourd'hui Chopin m'a encore confié un nouveau moyen, simple, d'atteindre un but merveilleux. Je sentais bien par où mon jeu pêchait, sans pouvoir dire en quoi. Pour se conformer au principe qui consiste à imiter les grands chanteurs en jouant du piano, il a arraché à l'instrument le secret d'exprimer la respiration. Le pianiste qui n'est plus un profane doit veiller à lever le poignet pour le laisser retomber sur la note chantante avec la plus grande souplesse imaginable. Parvenir à cette souplesse est la chose la plus difficile que je connaisse. Mais lorsque l'on y a réussi [...] Chopin s'écrie "C'est cela, parfait, merci !"» 4 Il n'y a pas de conseils plus importants pour jouer Chopin.


1. Joseph Lhevinne, Basic Principles in Pianoforteplaying, Dover Publications, INC New York, 1972, Chap.VI «Acquiring Vélocity».

2. Raoul Koczalski, Frédéric Chopin, Conseils d'interprétation. Buchet-Chastel.

3. Karl Leimer, Le Jeu moderne du piano, Schott.

4. Chopin vu par ses élèves, par J.-J. Eigeldinger, 3e édition, La Baconnière, 1998. Réédité par Fayard, oct. 2006.

Abonnez-vous
à Pianiste
Notre expert
Photo de l'expert Pianiste Magazine : Alexandre Sorel
Alexandre Sorel
Passionné par la pédagogie, professeur au Conservatoire de Gennevilliers, j’ai créé une collection intitulée « Comment jouer » (Ed. Symétrie). J’enregistre aujourd’hui le CD joint à Pianiste, choisis et commente les œuvres proposées. Je cherche sans cesse à jouer avec plus de sûreté – en quête de justice rendue à l’œuvre –, de beauté et d’émotion. Amoureux du génie de Chopin, je demeure convaincu, à l’instar de sa pensée, que « technique » et art de la déclamation musicale vont de pair. C’est pourquoi je ne cesse de m’interroger sur la technique et la musique elle-même, de mettre en pratique cette belle phrase de Schumann : « On n’a jamais fini d’apprendre. »...
Autres experts
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz