Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Jeux concours
JEU-CONCOURS DEUTSCHE GRAMMOPHON

JEU-CONCOURS DEUTSCHE GRAMMOPHON

JOUEZ ET GAGNEZ 4 COFFRETS MAURIZIO POLLINI, COMPLETE RECORDINGS ON DEUTSCHE ...
Tous les jeux-concours
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Actualités / Évènements / LES COFFRETS DE NOËL

En bref

LES COFFRETS DE NOËL

Par PIANISTE / Lundi 3 novembre 2014
Agrandir l'image :
Diminuer la taille des caractères de l'article : LES COFFRETS DE NOËL Augmenter la taille des caractères de l'article : LES COFFRETS DE NOËL Imprimer l'article : LES COFFRETS DE NOËL
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : LES COFFRETS DE NOËL
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : LES COFFRETS DE NOËL
Voter (0)
« Piano Great Recordings »

Horowitz, Gould, Argerich, Kissin, Gulda, Bartók, Gilels, Ax, Casadesus, Fleisher, Kraus, Bronfman, Entremont, Janis, Serkin, Rubinstein, Richter, Rachmaninov, Larrocha, Lupu, Oppitz…

Sony Classical 30 CD 88843091752. Dates diverses.

Voilà le type de produit susceptible de prêter à toutes les critiques ! Choix des interprètes et des programmes, tout d’abord : pourquoi par exemple, ce disque thématique « Transcendent Journey » joué par Juan José Chuquisengo ? Qui sont ces pianistes peu connus, Martin Stadtfeld dans un programme Bach, pourtant des plus variés et pris dans des tempos extrêmes ? Pourquoi, alors que l’on parle du piano, entendons-nous Béla Bartók jouer quelques-uns de ses Mikrokosmos, puis les Contrastes avec Benny Goodman et Joseph Szigeti, pièces qui ne sont pas d’un abord des plus faciles ? Pourquoi avoir choisi deux albums de concertos de Mozart, l’un avec Alicia de Larrocha et l’autre avec Robert Casadesus ? Et l’on pourrait ajouter le Concerto n° 2 de Rachmaninov avec Cecile Licad et Abbado… Pourquoi, pourquoi ?

Mais, c’est précisément parce que le piano ne se résume pas qu’aux références supposées « absolues » ! Écoutez maintenant le premier enregistrement américain de Richter dans le Second Concerto pour piano de Brahms, l’incroyable projection du son d’Argerich dans la Fantaisie op. 17 de Schumann, mais aussi la comparaison entre les touchers de Perahia et d’Horowitz dans Scarlatti, les Ballades de Chopin par Kissin et la Sonate n° 2 du même compositeur sous les doigts de Tokarev ? On comprend dès lors que ce coffret se préoccupe moins des compositeurs que de la découverte des touchers les plus variés. Que de saisissantes surprises pour ceux qui pensaient que seule la virtuosité compte !

Pierre Massé



Serge Rachmaninov

« The Complete RCA Recordings »

Œuvres de Rachmaninov, Beethoven, Schubert, Grieg, Chopin, Schumann…

Orchestre de Philadelphie, dir. Eugene Ormandy, Leopold Stokowski, Fritz Kreisler (violon)

RCA 10 CD 888430739222. 10 h 42’


Horowitz affirmait que Rachmaninov était le plus grand pianiste qu’il ait jamais entendu. Plus de 70 ans après la disparition du compositeur, pianiste et chef d’orchestre, onreste confondu à l’écoute de ce legs discographique. Ce jeu d’une étonnante fluidité, précision et, pour tout dire, modernité, stupéfie.

Dans ses propres œuvres (l’intégrale de ses concertos), mais aussi dans toutes les pièces des autres compositeurs qu’il programmait régulièrement durant ses innombrables tournées (Variations de Beethoven, Valses, Ballades et Mazurkas de Chopin, Carnaval de Schumann, Sonates de Mozart, etc.), Rachmaninov imprime un style d’une étonnante simplicité et d’une profonde musicalité. Son toucher brille avec une netteté et une gravité qui sont un modèle de délié. Du lointain des années 20 et 30, on reste impressionné par la puissance du jeu et l’émotion perceptible bien au-delà d’une qualité sonore toute relative. La leçon de musique est d’autant plus magistrale que la virtuosité transcendante est oubliée : il ne reste que l’art du chant. Indispensable.

Pierre Massé



Vladimir Horowitz

« Enregistrements 1930-1951 »

Œuvres de Bach-Busoni, Beethoven, Chopin, Debussy, Haydn, Liszt, Poulenc, Prokofiev…

Warner Classics 3 CD 0825646251353. 3 h


Très beau travail de remastering pour ce coffret réédité à plusieurs reprises et qui paraît à nouveau sous étiquette Warner Classics. Horowitz a tellement développé sa propre sonorité, modifié l’approche de l’instrument, que l’on reste fasciné par la puissance et la projection du son, la violence expressive de ces témoignages. L’empreinte des mains est prise pour les décennies suivantes et, quand on écoute les versions ultérieures des Scarlatti, des Funérailles et de la Sonate en si mineur de Liszt, peu de choses ont changé (hormis une stéréophonie avantageuse). Aujourd’hui encore, notre sourire à l’écoute de tant d’outrances se fige parce que nous sommes pris au piège d’un charisme et d’un déploiement technique inégalés. Par Cziffra, peut-être ? On connaît l’expression que l’on croit un peu fanée, mais qui paraît une évidence après avoir écouté ce monument de l’histoire du disque : « Horowitz ne fut pas le meilleur pianiste du xxe siècle, mais certainement le plus grand ».

Pierre Massé




Jorge Bolet « The Complete RCA and Columbia Album Collection »

Œuvres de Liszt, Rachmaninov, Bach/ Busoni, Franck, Chausson, Wolf, Chopin…

Avec le Quatuor Juilliard et Itzhak Perlman (violon)

RCA 10 CD 88843014722. 1958-1982. 7 h 46’


Pour le centenaire de sa naissance, Sony réédite tous les enregistrements RCA et CBS de Jorge Bolet, dont le récital mythique à Carnegie Hall en 1974. On fait fête à l’intégrale des enregistrements Jorge Bolet réalisés entre 1958 et 1982 pour les labels RCA et CBS, d’autant qu’il s’y illustre dans son répertoire de prédilection : Liszt, bien sûr (superbes Étu-des transcen­dantes de 1958 et 1970, Rhapsodie espagnole…), mais aussi Chopin, à travers les 24 Préludes joués lors du récital à Carnegie Hall en 1974 qui donnait également à entendre la Chacone de Bach-Busoni, des « pâtisseries viennoises » signées Strauss-Tausig et rien de moins que l’Ouverture de Tannhäuser. Une place est faite aussi à ses talents de chambriste avec la reprise des albums Franck (Quintette) et Chausson (Concert) flanqués des Juilliard. Aucune indigestion à craindre du côté des trans­criptions signées Rachmani­nov ou Liszt tant le bon goût règne en maître : bien avant les années Decca, où les micros venaient parfois un peu tard dans les pièces à la virtuosité plus démonstrative, ce magicien du clavier révélait son art incomparable du toucher et son sens de la narration qui réprime la bravoure et la fulgurance au profit de la couleur et de la poésie. Un must.

Jérémie Bigorie


Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz