Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Jeux concours
JEU-CONCOURS DEUTSCHE GRAMMOPHON

JEU-CONCOURS DEUTSCHE GRAMMOPHON

JOUEZ ET GAGNEZ 4 COFFRETS MAURIZIO POLLINI, COMPLETE RECORDINGS ON DEUTSCHE ...
Tous les jeux-concours
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Pédagogie / Les conseils d'Alexandre Sorel / BEETHOVEN : SONATE N°1 OP.2 - 2E MVT
Pédagogie
Moyen

BEETHOVEN : SONATE N°1 OP.2 - 2E MVT

Par Alexandre Sorel / Lundi 22 décembre 2014 / Pianiste Magazine N°90 - janvier-février 2015
Diminuer la taille des caractères de l'article : BEETHOVEN : SONATE N°1 OP.2 - 2E MVT Augmenter la taille des caractères de l'article : BEETHOVEN : SONATE N°1 OP.2 - 2E MVT Imprimer l'article : BEETHOVEN : SONATE N°1 OP.2 - 2E MVT
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : BEETHOVEN : SONATE N°1 OP.2 - 2E MVT
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : BEETHOVEN : SONATE N°1 OP.2 - 2E MVT
Voter (0)

« ...Là où règne l'éternelle récompense, l'harmonie et le repos... » (Friederich Hölderlin, Hypérion ou l'Hermite de Grèce). Nous atteignons ici à la sublimité d'un chant, exprimé avec une grande pudeur et lyrisme à la fois. Ce qu'il faut viser est la vérité du sentiment, l'absence de tout artifice, la profondeur et le dénuement. Commencez par chanter chaque phrase avant de l'exécuter au piano. Cela est la base pour sentir comment vous voulez la nuancer, l'accentuer, la conduire.


Ne découpez pas vos phrases par de multiples gestes.

Jouez et cherchez les gestesmais aussi les « non-gestes » qui vous permettront de chanter au piano comme vous le voulez. Toute phrase doit être anticipée par un geste musical, à travers un poignet souple et libéré. Cet élan primordial, analogue au coup d'archet d'un instrument à cordes ou au souffle que prend l'instrumentiste à vent avant d'attaquer la phrase est une façon d'anticiper la musique. Cette anticipation par le geste témoigne de l'anticipation par l'oreille et inversement.


Nous ne cessons ici de rappeler la recommandation de Chopin : « Le poignet (est) la respiration dans la voix » Une de ses élèves, Emile von Gretsch, explique que le maître recommandait de retomber sur la première note de chaque phrase avec la plus grande souplesse imaginable. En somme, le poids de la main doit en quelque sorte « déferler » sur la première note d'une phrase, exactement comme le rouleau d'une vague vient déferler sur le sable.


Cependant, il faut préciser ceci : une fois que la phrase a débuté, il importe au contraire de la mener d'un seul élan de geste. Si vous faites des mouvements inconsidérés du poignet au sein d'une seule et même phrase qui a déjà commencé, vous risquez de la briser et de lui ôter toute sa « plastique » naturelle. Chopin insistait sur la simplicité dans l'exécution, et demandait à ses élèves de supprimer les gestes inutiles. Karl Leimer, dans son ouvrage Le Jeu moderne du [ [ piano, érigera ce conseil en véritable méthode. « Supprimer les gestes inutiles », cela concerne enfin bien plus la technique seule. Il s'agit d'une véritable « éthique » de l'interprétation, la volonté de ne pas rajouter de chichis à une musique si grande et qui se suffit à elle-même. Louis Hilbrandt, qui fut l'assistant et l'ami de Dinu Lipatti, rapporte que Lipatti prônait un jeu dénué de tout artifice, au plus près du texte. Il disait : « Je ne veux pas entendre du moi-je. Je veux entendre du Beethoven ! »


MES. 1-4


Sur l'anacrouse do-do, suspendez votre poids du bras. Puis, descendez modérément sur l'arrivée, le premier la du chant. Tenez cette note tout en demeurant immobile de la main. Pour jouer le gruppetto qui suit (si, la, sol, fa) utilisez un seul geste, un seul élan. Ne faites aucun geste inutile de haut en bas ou de bas en haut avec votre main.

Si vous bougez trop, malgré vous, vous découperez cette phrase et elle ne chantera pas. Faire trop de gestes est aussi fatal pour l'expression que de ne pas en faire du tout. Par ailleurs, baissez votre poignet afin de développer le contact de vos pulpes de doigts avec le clavier.


MES. 8-12




Ce chant ne peut sonner dans toute sa beauté que si votre main gauche est tout aussi nuancée musicalement. Remarquez les voix linéaires au milieu des basses d'Alberti, notamment la note la plus grave des doubles croches, sol (3e doigt), fa (4e doigt), mi (4e doigt).


Nuancez en léger diminuendo cette ligne qui descend. Sentez aussi qu'elle évolue en direction opposée par rapport la main droite qui monte. Les voix s'écartent tout d'abord (mes. 9 et début mes. 10), puis elles se referment, (fin de mes. 10, début de mes. 11). Si vous chantez les voix et si vous ressentez bien leurs mouvements contraires, la beauté naîtra d'elle-même, à partir de l'écriture de Beethoven.


MES. 16-20



Mesure 16 (dernier temps) et suivantes, Beethoven écrit un petit motif vraiment « planant », en ré mineur, afin d'annoncer le « véritable » deuxième thème de la forme-sonate (B), qui apparaîtra un peu plus loin en ut majeur (mes. 23 et dans la réexposition, mes. 48, en fa). N'alourdissez pas ce passage de transition. Mettez le poids vers la partie aiguë, à la main droite.


Chantez ce petit dessin du gruppetto et ne le pressez pas. Dans les octaves, mettez le poids sur la note la plus aiguë des deux sons. Donc, à la main droite, versez votre poids sur les doigts externes. En revanche, à la main gauche, versez vers la partie la plus aiguë des tierces d'accompagnement, c'est-à-dire vers votre pouce ou votre 2e doigt. Le croisement de mains ne doit pas vous empêcher de répartir ainsi ce poids vers les aigus des deux mains.

Abonnez-vous
à Pianiste
Notre expert
Photo de l'expert Pianiste Magazine : Alexandre Sorel
Alexandre Sorel
Passionné par la pédagogie, professeur au Conservatoire de Gennevilliers, j’ai créé une collection intitulée « Comment jouer » (Ed. Symétrie). J’enregistre aujourd’hui le CD joint à Pianiste, choisis et commente les œuvres proposées. Je cherche sans cesse à jouer avec plus de sûreté – en quête de justice rendue à l’œuvre –, de beauté et d’émotion. Amoureux du génie de Chopin, je demeure convaincu, à l’instar de sa pensée, que « technique » et art de la déclamation musicale vont de pair. C’est pourquoi je ne cesse de m’interroger sur la technique et la musique elle-même, de mettre en pratique cette belle phrase de Schumann : « On n’a jamais fini d’apprendre. »...
Autres experts
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz