Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Pédagogie / Les conseils d'Alexandre Sorel / SCRIABINE : ÉTUDE OP. 2 N° 1
Pédagogie
Supérieur

SCRIABINE : ÉTUDE OP. 2 N° 1

Par Alexandre Sorel / Lundi 22 décembre 2014 / Pianiste Magazine N°90 - janvier-février 2015
Diminuer la taille des caractères de l'article : SCRIABINE : ÉTUDE OP. 2 N° 1 Augmenter la taille des caractères de l'article : SCRIABINE : ÉTUDE OP. 2 N° 1 Imprimer l'article : SCRIABINE : ÉTUDE OP. 2 N° 1
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : SCRIABINE : ÉTUDE OP. 2 N° 1
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : SCRIABINE : ÉTUDE OP. 2 N° 1
Voter (0)

Cette pièce de Scriabine se caractérise par la richesse de sa texture harmonique. Le chant principal est d'une grande beauté en lui-même, mais ce chant n'est pas à nu. Il est comme enveloppé d'un grand nombre de notes qui, à travers dissonances et frottements, lui donnent toute son épaisseur dramatique. Il faut faire entendre cette richesse de texture.



MES. 1-2


Choisissez vos doigtés et ne les changez plus. Dans ce morceau, les voix passent sans cesse d'une main à l'autre et certaines positions sont inconfortables, il est donc spécialement important de prendre l'habitude des bons doigtés. Adoptez depuis le début un tempo fixe, même si au départ, vu la complexité des notes, votre tempo sera prudent.


Un jeu tout aussi vertical qu'horizontal.

La grande difficulté est celle-ci : la mélodie est très chantante, linéaire et s'élance vers l'aigu. Elle exige une courbe musicale très expressive. Personne ne songerait à jouer toutes les notes de ce chant poignant avec la même intensité. Il faut que cela parle, que cela chante, et même que cela pleure ! Mais en même temps, les accords sont riches et il faut donner toute leur plénitude à ces magnifiques harmonies. Il faut donc développer un jeu qui soit tout aussi parfait horizontalement que verticalement. Là est la difficulté.


Placez vos doigts au-dessus de chaque accord. Surveillez la simultanéité de toutes les notes, évitez de faire un geste inutile du poignet de haut en bas sur chaque accord. Jouez l'enchaînement de ces accords très legato, ce qui requiert pour chaque phrase un seul geste du poignet, comme s'il s'agissait d'un unique coup d'archet. Gardez votre poignet assez bas afin que vos pulpes de doigts se trouvent en symbiose avec le clavier. Plus vous relevez le poignet, moins la surface de contact est importante et inversement : si vous baissez la main, votre contact sera meilleur.


Rythme pointé. Dans ce thème, il existe un rythme croche pointée double, si-la, la. Ainsi que nous l'avons déjà vu, lorsque survient une note brève après une valeur pointée, il est important de donner à cette note brève son poids et sa vraie valeur sans la raccourcir. Dans le cas contraire, cela altère le tempo et le chant ne sonne pas. Ici, prononcez bien la double croche de la 2e mesure, la après le si croche pointée. Chantez avec les doigts, commencez suffisamment tôt.


MES. 21-24



Ce passage est un peu difficile à apprendre. Il n'y a pas d'autre solution que de lire tout d'abord très lentement les notes, d'apprendre avec quel doigté jouer chacune d'elle et avec quelle main. Il faut absolument aller aussi lentement que nécessaire pour ne jamais faire de fautes. C'est l'un des grandes clés du travail de piano. Pour développer les bons réflexes, il ne faut jamais se tromper, devons-nous pour cela jouer ultra-lentement. Le corps assimile tout ce qu'on lui donne en pâture, les fausses notes [ [ et les erreurs, tout autant que les bonnes ! Mesure 21, le texte est embrouillant. La partie d'alto est prise avec la main gauche au début (ré bémol, quatre fois) puis, sur le dernier temps, nous devons jouer ce même ré bémol avec la main droite. Exercez cela avec la plus grande concentration et discipline.


MES. 30-34



Mesure 30, la partie de ténor est très chantante et détient le chant principal. Si vous voulez « chanter » sans que votre courbe ne soit brisée ou ralentie, il faut développer votre écoute des harmonies, votre habilité et votre finesse dans votre façon de changer la pédale.


Dissonances. Quand la pédale est tenue,habituez votre oreille aux dissonances créées par à la prolongation et le mélange de tous les sons. Au début de la mesure 30 notamment, écoutez toutes les notes qui sont prises dans une même pédale. À la fois celles de l'accord « réel » do dièse-mi-sol dièse, mais aussi le ré dièse (note de passage entre do et mi) ou à la main gauche : si (note de passage entre do et la dièse). Tout cela crée de terribles frottements, âpres et douloureux. Écoutez-les, faites que votre oreille en prenne l'habitude et n'en ait plus peur.


Changez rapidement votre pédale « mélodique ». Remontez le pied et le redescendez aussi vite que nécessaire pour « attraper le son » dans la pédale, mais sans que la mélodie ne soit ralentie.

C'est une affaire d'écoute, tout autant que de réaction rapide du pied. Par exemple, mesure 30 : relevez bien le pied sur le 2e temps tout en jouant le la dièse (ceci afin de « nettoyer » les notes qui précèdent), mais redescendez aussi très vite le pied afin de bien « attraper » ce même la dièse dans la pédale avant d'avoir ôté le doigt. Jouer un prélude de Scriabine comme celui-ci fait appel à une grande expression romantique et lyrique. Il ne faut pas cependant l'abandonner à nos seuls sentiments spontanés, sans voir le détail de l'interprétation. Tout compte pour que cela soit beau.


Telle est la difficulté de notre passion : répéter maintes fois une œuvre et soigner en profondeur son exécution, sans pour autant perdre la « fraîcheur » d'une première fois.

Abonnez-vous
à Pianiste
Notre expert
Photo de l'expert Pianiste Magazine : Alexandre Sorel
Alexandre Sorel
Passionné par la pédagogie, professeur au Conservatoire de Gennevilliers, j’ai créé une collection intitulée « Comment jouer » (Ed. Symétrie). J’enregistre aujourd’hui le CD joint à Pianiste, choisis et commente les œuvres proposées. Je cherche sans cesse à jouer avec plus de sûreté – en quête de justice rendue à l’œuvre –, de beauté et d’émotion. Amoureux du génie de Chopin, je demeure convaincu, à l’instar de sa pensée, que « technique » et art de la déclamation musicale vont de pair. C’est pourquoi je ne cesse de m’interroger sur la technique et la musique elle-même, de mettre en pratique cette belle phrase de Schumann : « On n’a jamais fini d’apprendre. »...
Autres experts
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz