Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Disques, DVD / Classique / SVIATOSLAV RICHTER, SÉLECTION DISCOGRAPHIQUE

En bref

SVIATOSLAV RICHTER, SÉLECTION DISCOGRAPHIQUE

Par Stéphane Friédérich / Lundi 2 mars 2015
Agrandir l'image :
Diminuer la taille des caractères de l'article : SVIATOSLAV RICHTER, SÉLECTION DISCOGRAPHIQUE Augmenter la taille des caractères de l'article : SVIATOSLAV RICHTER, SÉLECTION DISCOGRAPHIQUE Imprimer l'article : SVIATOSLAV RICHTER, SÉLECTION DISCOGRAPHIQUE
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : SVIATOSLAV RICHTER, SÉLECTION DISCOGRAPHIQUE
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : SVIATOSLAV RICHTER, SÉLECTION DISCOGRAPHIQUE
Voter (0)
« Complete Decca, Philips & DG Recordings » Piano solo, musique de chambre, lieder et concertos.
« The Complete Album Collections, Live and Studio Recordings RCA and Columbia »
Decca 51 CD. 1956 à 1992 (54 h env.) + Sony Classical 18 CD. 1960 à 1988 (16 h env.)





L'idée que vous vous faites du jeu de Richter risque d'être mise à mal lorsque vous écouterez les enregistrements de ces deux coffrets. En effet, telle Suite anglaise de Bach paraît jouée avec une pulsation verticale inouïe, tout comme les Études éparses de Chopin (dans les récitals captés en Italie) et la Sonate en si mineur de Liszt (témoignage d'un concert aux Pays-Bas). À l'inverse, telle sonate de Haydn nous semble distante, analytique, presque froide. Évidemment, on ira, par « réflexe », vers le répertoire russe pour lequel Richter érige de véritables « monuments » : Sonates nos 6 et 8 de Prokofiev, Préludes de Rachmaninov, Scriabine, etc. Réécoutez ses Tableaux d'une exposition dont la version de 1958, à Sofia, est, au piano, ce que la Neuvième de Beethoven par Furtwängler à Bayreuth est à l'orchestre ! Wagner, que Richter vénérait par-dessus tout...

Remettons-nous aussi dans l'oreille ses Schumann, génialement torturés et plus antipianistiques que de nature (Toccata, Nachtstücke). Richter est avant tout un maître du « live » et, par conséquent, de l'imprévisible. Cela vaut pour les deux coffrets. Avec la Columbia (Sony), ce sont treize CD sur 18 qui nous révèlent l'artiste au Carnegie Hall. La qualité sonore n'est, hélas, pas au rendezvous et Richter refusa que ces bandes soient publiées. Le livret nous explique d'ailleurs le contexte étonnant de ces captations. Pourtant, le résultat est sidérant. Écoutez les Jeux d'eau et Oiseaux tristes de Ravel ! Les sonates de Beethoven en concert, à Stuttgart, en 1991 sont tout aussi saisissantes. On n'oublie pas non plus les raretés, les répertoires « invendables » que sont Webern, Hindemith et Szymanowski... On ne négligera pas pour autant les captations en studio avec les orchestres américains et en récital: la Sonate « Appasionnata » de Beethoven foudroie par sa colère et sa lecture orga nique ! Richter livre là un combat certainement contre lui-même.

Parfois, aussi, le jeu se polit et devient d'une délicatesse magique. C'est le cas des lieder de Schubert et Wolf avec Dietrich-Fischer Dieskau, des duos avec Benjamin Britten, des sonates pour violoncelle de Beethoven avec Rostropovitch, sans omettre les Dvorák avec les Borodine... Que de merveilles! Les années 80 marquent un tournant dans le jeu de Richter. Il est obsédé par le partage avec d'autres musiciens et le public dans des lieux « à taille humaine». L'interprète est plus émouvant encore. Le technicien foudroyant du piano, celui que vantait Emil Gilels aux Américains vingt ans plus tôt (« vous m'admirez, mais attendez de découvrir Richter ») n'a plus lieu d'être.

Une telle somme rééditée à l'occasion du centenaire de la naissance de l'artiste nous amène aussi à reconsidérer des gravures historiques. Les concertos de Tchaïkovski, Rachmaninov (DG) passent moins aisément le jugement du temps. Les références se sont accumulées et d'autres standards se sont imposés. Cela n'amoindrit évidemment pas l'importance de ces coffrets présentant, pour la première fois, des inédits et des raretés en CD de l'un des artistes les plus marquants du XXe siècle.



« Richter plays Schubert »

7 sonates. Sélection de Moments musicaux, Impromptus, Écossaises...Melodiya 4 CD CD. 1971 à 1979 (4h33')


Richter capté dans la Grande salle du Conservatoire de Moscou et en concert, cela ne s'oublie pas. Sa manière d'enter dans l'univers schubertien est unique. La son est concentré dans un seul geste. Et le miracle se produit à l'instant où Richter choisit de faire jaillir dans un mouvement lent de sonate, le chant à la main droite. On entend alors un piano qui rompt son phrasé hypnotique et assume un lyrisme extraordinaire. Les Schubert de Richter sont uniques parce qu'ils ne se rattachent à aucune école.


Camille Saint-SaënsConcerto n°5 op.105 « L'Égyptien » + Gershwin : Concerto pour piano en fa. Orch. symph. de la SWR de Stuttgart, dir. Christoph EschenbachHänssler Classic. 1993 (1h07')


Voilà un Richter original, dans deux concertos inattendus! Pourtant, ces archives du festival de Schwetzinger nous montrent un interprète au jeu d'une douceur magique. Écoutez l'exposé du premier thème de «L'Égyptien». Rarement il aura été joué dans un tempo aussi retenu et si amoureusement ciselé. Loin de toute esbroufe. Pouvait-on l'imaginer aussi dans Gershwin ? C'est l'une des interprétations les plus nostalgiques jamais entendue, savoureuse et pétillante.


DVD « Richter L'Insoumis »

Un film de Bruno MonsaingeonIdeale Audience 3073518, 2 DVD. 1998 (2h34')


Ideale Audience a réédité le film Richter L'Insoumis de Bruno Monsaingeon, l'un des plus beaux documentaires jamais réalisés sur un musicien. C'est un voyage ­ l'histoire de la Russie au XXe siècle ­ qui accompagne l'âme d'un artiste, au cœur de sa vie. Il faut avoir vu au moins une fois ce témoignage admirablement bien illustré et pensé dans les moindres détails.


LIRE AUSSI L'ARTICLE "SVIATOSLAV RICHTER SPÉCIAL ANNIVERSAIRE"

Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz