Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Jeux concours
JEU-CONCOURS DEUTSCHE GRAMMOPHON

JEU-CONCOURS DEUTSCHE GRAMMOPHON

JOUEZ ET GAGNEZ 4 COFFRETS MAURIZIO POLLINI, COMPLETE RECORDINGS ON DEUTSCHE ...
Tous les jeux-concours
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Pédagogie / Les conseils d'Alexandre Sorel / DEBUSSY : GOLLIWOGG'S CAKEWALK
Pédagogie
Moyen

DEBUSSY : GOLLIWOGG'S CAKEWALK

Par Pianiste / Mardi 5 mai 2015 / Pianiste Magazine N°92 - mai-juin 2015
Agrandir l'image :
Diminuer la taille des caractères de l'article : DEBUSSY : GOLLIWOGG'S CAKEWALK Augmenter la taille des caractères de l'article : DEBUSSY : GOLLIWOGG'S CAKEWALK Imprimer l'article : DEBUSSY : GOLLIWOGG'S CAKEWALK
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : DEBUSSY : GOLLIWOGG'S CAKEWALK
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : DEBUSSY : GOLLIWOGG'S CAKEWALK
Voter (0)

Cette pièce très célèbre est extraite des Children’s Corner, que Debussy écrivit à l’intention de sa chère petite fille Chouchou. Le cakewalk était une danse populaire que les noirs américains de Virginie inventèrent pour se moquer de leurs maîtres qui se rendaient au bal. Elle influença le fameux ragtime. Il faut donc aborder cette pièce dans un esprit vif et très dansant, tout à fait jazzy.


DEBUSSY/GOLLIWOGG'SCAKEWALK



Imagine-t-on un danseur qui aurait de gros souliers et des mouvements patauds ? Impossible ! De même, le principe technique de base pour exécuter ce cakewalk sera d'alléger votre bras, d'utiliser le rebond. Regardez les signes d'articulation notés par Debussy et déduisez-en la technique à employer. Dans le premier si bémol (joué avec 2e doigt à la main gauche) et le 3e à la main droite, « tombez » de haut en bas avec votre poids du bras. La position préalable de votre bras doit être « suspendue ». C'est le muscle que l'on appelle deltoïde (celui qui attache le bras à la clavicule tout en haut du bras), qui permet de maintenir le bras léger et suspendu. Levez le bras devant vous. Mettez alors un doigt de votre autre main, sur ce muscle. Sentez-vous qu'il se contracte ?


Ne « collez » aucune des notes détachées indiquées par Debussy. Pour ce faire, allégez le bras. Utilisez ces notes détachées pour rebondir au-dessus du clavier et vous repousser vers le haut. Prenez appui avec votre doigt dans le fond de la touche. Effectuez un petit geste de préhension. Cette impulsion vous fait reprendre de la hauteur et de la légèreté du bras. Imaginez un chat qui prend appui sur ses pattes pour sauter sur un toit et vous trouverez la sensation.


MES 10-17




Le thème. Apprenez le motif du chant tout seul : sib-la, sib, fa, sib... Faites bien entendre la syncope au milieu, le Lab, qui donne au motif son caractère dansant et déhanché. Regardez où sont les points et les notes liées.

Vos gestes et votre toucher doivent découler de « l'articulation » musicale. Exécutez physiquement, comme indiqué ci-dessus, par le poids et le rebond.

Maintenant, écoutez l'harmonie et goûtez sa saveur. Debussy fait entendre des dissonances. À la basse, mi bémol + si bémol (soit l'accord de tonique I), mais sur la deuxième croche, il ajoute l'harmonie du IIe degré, fa-la bémol-do bémol-mi bémol, qui crée un frottement avec l'accord de mi bémol. Habituez spécialement votre oreille (et donc vos doigts) à toutes les dissonances. Nous rencontrerons dans ce cakewalk des accords de onzième et même de treizième (sans doute très modernes pour l'époque). Il faut les connaître et s'y habituer par l'oreille, ce qui est la condition pour les sentir sous vos doigts.


MES 26-29


Croisement des mains. Ici, les mains se croisent et il n'est pas si facile de faire entendre chaque note. Veillez à jouer toutes les doubles notes très ensemble. Nos mains ont tendance à pencher naturellement vers les 5e doigts. Ainsi, les notes internes (jouées par pouces et le 2e doigt), jouent souvent un peu en retard par rapport aux notes extrêmes (jouées avec les doigts extérieurs). Jouez toutes ces double-notes parfaitement ensemble. Ne laissez rien passer. Bien que la main gauche passe par-dessus la droite, ne négligez pas d'aller verser le poids jusqu'au sol aigu de la main droite, comme l'indique Debussy par un soufflet. N'écrasez pas, tendez les doigts. Écoutez-vous et sentez votre main.


MES 47-48


Ce motif un peu plus lent mais très enjoué, en sol bémol, procède du même principe technique que le thème. Détachez les sons munis d'un point en touchant d'abord la note puis en vous repoussant vivement du doigt vers le haut. Ce rebond permet d'alléger le bras. Le son devient incisif et précis.


MES 61-64


Dans tout ce passage au tempo « paresseux », les dissonances revêtent un caractère humoristique. Les esclaves noirs de Virginie se moquent de la façon dont leurs maîtres dansaient dans les bals en les imitant, en faisant des gestes grotesques et dégingandés. Écoutez en détail : la bécarre (main droite, mesure 61) rencontre le sol bémol à la basse. L'intervalle mélodique de seconde augmentée est aussi surprenant. Il est comme écartelé, très expressif. Sentez tout cela et faites-le ressentir à votre auditeur ! Enfin, dessinez l'intervalle mélodique à la main droite, cette large sixte, en utilisant la rotation de votre avant-bras. Préparez en pivotant d'abord vers la gauche (vers la bécarre) puis basculez votre avant-bras vers le fa, en maintenant votre 5e doigt assez ferme. Ne vous pressez pas pour déclamer cet intervalle.

Abonnez-vous
à Pianiste
Notre expert
Photo de l'expert Pianiste Magazine : Alexandre Sorel
Alexandre Sorel
Passionné par la pédagogie, professeur au Conservatoire de Gennevilliers, j’ai créé une collection intitulée « Comment jouer » (Ed. Symétrie). J’enregistre aujourd’hui le CD joint à Pianiste, choisis et commente les œuvres proposées. Je cherche sans cesse à jouer avec plus de sûreté – en quête de justice rendue à l’œuvre –, de beauté et d’émotion. Amoureux du génie de Chopin, je demeure convaincu, à l’instar de sa pensée, que « technique » et art de la déclamation musicale vont de pair. C’est pourquoi je ne cesse de m’interroger sur la technique et la musique elle-même, de mettre en pratique cette belle phrase de Schumann : « On n’a jamais fini d’apprendre. »...
Autres experts
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz