Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Jeux concours
JEU-CONCOURS PHONON

JEU-CONCOURS PHONON

JOUEZ ET GAGNEZ : DEUX CASQUES PHONON SMB-02 D’UNE VALEUR UNITAIRE DE 360€ & ...
Tous les jeux-concours
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Actualités / Interprètes / ENTRETIEN AVEC IMOGEN COOPER

En bref

ENTRETIEN AVEC IMOGEN COOPER

Par Stéphane Friédérich / Mardi 5 mai 2015
Agrandir l'image :
© Sussie Ahlburg
Diminuer la taille des caractères de l'article : ENTRETIEN AVEC IMOGEN COOPER Augmenter la taille des caractères de l'article : ENTRETIEN AVEC IMOGEN COOPER Imprimer l'article : ENTRETIEN AVEC IMOGEN COOPER
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : ENTRETIEN AVEC IMOGEN COOPER
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : ENTRETIEN AVEC IMOGEN COOPER
Voter (1)

La pianiste anglaise sort un troisième volume Schumann chez Chandos. Elle associe judicieusement des pièces de Clara et Robert.


Parlez-nous de votre découverte de la musique de Clara Schumann?

J'ai découvert cette œuvre en accompagnant le baryton Wolfgang Holzmair dans des lieder de Clara et Robert Schumann. Depuis quelques années, les éditeurs de partitions publient les pièces de la compositrice, facilitant ainsi la connaissance de cette femme d'exception. Soliste à époque où elle créait tant d'œuvres et interprétait aussi tout le répertoire, mère au foyer, femme de Robert Schumann... Sa vie ne devait pas être simple...


Quel regard portez-vous sur son œuvre ?

Sa musique est très belle, touchante. Elle n'a probablement pas le génie de Robert, mais Clara a trouvé sa propre voie. Elle ne sentait probablement pas à la hauteur des génies qui l'entouraient. Robert l'encourageait, mais de là à jouer ses propres pièces en concert...


Ressentez-vous dans les pièces de votre disque l'influence, chez Clara, de la musique de Robert ?

Son Ballet des revenants révèle en effet quelques parentés avec la Première Sonate de Robert Schumann. Tous deux vivaient alors au domicile du père de Clara avant la séparation brutale exigée par celui-ci. L'un et l'autre s'entendaient jouer.


Quel drôle de titre que celui de « Ballet des revenants »...

Il n'a rien de lisztien ou de méphistophélesque ! Il s'agit de petits diables et la musique joue autant de l'humour que du mystère et du bonheur. Quelques ombres ici et là de Mendelssohn...


Comment définiriez-vous la structure des deux grandes partitions que sont l'Humoresque et la Sonate en fa dièse mineur de Schumann ?

Autant la structure de la Sonate est relativement structurée, autant celle de l'Humoresque, immense pièce sectionnée en treize parties, ne possède aucun cadre apparent. L'interprète doit se « lancer » dedans. Elle s'ouvre comme une partition post-schubertienne, se poursuit à la manière d'une variation continue, puis offre un nouveau matériau avec des choses stupéfiantes et jusqu'à un moment de folie pure où il est impossible de jouer plus vite. Quant à la Sonate, je pense au sarcasme du scherzo, à l'indication quasi oboe de quelques mesures. Il faut donc recréer cette sonorité de hautbois, à mon sens plus « berlinois » que « viennois ». D'ailleurs, je n'entends pas beaucoup de cordes dans cette pièce d'inspiration symphonique. Elle suggère davantage les pupitres des vents avec une liberté de ton dont Mahler saura se souvenir dans ses symphonies.


Absence de structure, conception symphonique... Quel défi pour l'interprète qui arrive sur scène !

Il faut puiser en soi l'énergie nécessaire pour vous transporter, et gagner cette part de folie attendue par le public. Avec les récentes éditions de l'œuvre de Schumann parues à la fin des années 2000, nous disposons d'un nouvel outil. En effet, un certain nombre de tempi indiqués par Clara Schumann, qui avait révisé toutes les œuvres de son mari, ont été modifiés. Elle avait eu tendance à gommer les contrastes. Retrouver les tempi originels ­ même s'ils sont irréels ­ éclaire différemment les œuvres.


Cela ajoute pourtant une pression supplémentaire à une technique déjà très dense...

En effet. De toute façon, le piano de Schumann est celui d'un expérimentateur et il n'est pas « confortable ». Il met à rude épreuve les 4e et 5e doigts, là où précisément, il s'était blessé lui-même dans sa jeunesse.


Schubert, Brahms, Schumann sont au cœur de votre répertoire. Et Beethoven ?

J'y reviendrai en 2017 et 2018 avec des séries de récitals. Variations héroïques et Bagatelles, mais aussi du Haydn. Quant au disque, un autre Schumann est en préparation chez Chandos. Il réunira les Geistervariationen, les Davidsbündlertänze et quelques Novellettes.


Propos recueillis par Stéphane Friédérich

Lire aussi la chronique CD

Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz