Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Jeux concours
JEU-CONCOURS PHONON

JEU-CONCOURS PHONON

JOUEZ ET GAGNEZ : DEUX CASQUES PHONON SMB-02 D’UNE VALEUR UNITAIRE DE 360€ & ...
Tous les jeux-concours
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Actualités / Interprètes / Benjamin Alard : la musique sans médium

Benjamin Alard : la musique sans médium

Par Aénor Gillet de Thorey et Roxane Bouhier / Mardi 21 juillet 2015
Agrandir l'image : Benjamin Alard
Benjamin Alard © Robin H Davies
Diminuer la taille des caractères de l'article : Benjamin Alard : la musique sans médium Augmenter la taille des caractères de l'article : Benjamin Alard : la musique sans médium Imprimer l'article : Benjamin Alard : la musique sans médium
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : Benjamin Alard : la musique sans médium
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : Benjamin Alard : la musique sans médium
Voter (0)
Lors du Festival de Radio France, le claveciniste Benjamin Alard a accepté de répondre à nos questions à la fin de son concert « Génération 1985 » aux côtés du Duo Bouclier et de Fabrice Millischer. L’occasion pour lui de nous parler de son rapport à la musique ainsi que de l’avenir des enregistrements.



L’organisation de ce concert Génération 1985 est particulière et hétéroclite. Elle nous a intrigué. En effet, votre récital consacré à Frescobaldi, Rossi, Bach et Scarlatti a été entrecoupé d’un duo violon/accordéon par le Duo Bouclier qui a joué du Galliano ainsi que du Zolotarev. Rien à voir avec votre répertoire. Vous trouvez ça surprenant de jouer Scarlatti juste après Galliano ?

C’était volontaire, j’ai choisi délibérément de jouer ce programme en association avec les autres artistes. Avec Fabrice Millischer, nous nous connaissions déjà. C’était l’occasion de rejouer ensemble. Ce genre de concert est toujours un peu expérimental, certaines choses fonctionnent, d’autres non. Mais dans l’ensemble c’était sympathique. Néanmoins, ce n’est jamais évident de retrouver le son, la salle, lorsque l’on a laissé la place à d’autres artistes juste avant et qu’on la reprend pour la deuxième partie du concert. Ce n’est pas du tout évident d’autant plus que l’on joue en direct sur France Musique.


Vous jouiez sur votre clavecin ?

Non c’est un très beau clavecin italien qui a été construit en 1985 par André Christophe. C’est un pur hasard mais c’est très amusant. J’ai donc choisi de jouer des morceaux italiens ainsi que la Partita n°3 en la mineur BWV 827 de Bach qui pour moi est la plus italienne des six (Benjamin Alard les a gravées pour le label Alpha, ndlr.).


Vous aviez déjà joué à ce Festival ?

Oui, il y a dix ans environ. C’est toujours un plaisir de jouer ici. Je pense qu’en dix ans on change. On essaie toujours de s’améliorer, on fait ce que l’on peut. On apprend à être plus libre, à faire ce que l’on veut vraiment et à laisser de côté ce qui nous dérange.


Vous préférez jouer en ensemble ou en solo ?

Cela dépend vraiment de pas mal de choses, surtout de l’instrument. Par exemple je joue beaucoup d’orgue ainsi que du clavicorde. Tout dépend également de l’endroit, du public, de la liberté que l’on peut avoir. C’est avec le clavicorde que je me sens le plus libre, même s’il y a moins de public. Avec cet instrument on « fait » vraiment le son. C’est très intimiste mais le rapport au son est plus direct qu’avec le piano, l’orgue, ou le clavecin.

Avec le clavecin il faut toujours aller dans une projection du son que l’on imagine faire durer. Or le son, en réalité, ne dure pas, il s’éteint. Au contraire, avec le clavicorde on peut vraiment avoir cet aspect tenu, vivant, du son. On a la possibilité de faire des nuances, des vibratos. Pourtant, aujourd’hui, dans les conservatoires on n’exploite pas assez cet instrument auprès des enfants. Lorsque l’on passe à d’autres instruments, le clavicorde nous permet de faire d’autres choses auxquelles on n’aurait pas pensé. Je pense que les pianistes devraient s’y mettre. Finalement avec beaucoup d’instruments à clavier, on envoie des informations qui sonnent bien mais il y a toujours un médium. Alors que le clavicorde est le seul instrument qui nous permet d’avoir un rapport direct.


Il faudrait donc apprendre le clavicorde lorsque l’on joue du clavier ?

« Apprendre » le clavicorde ? Je dirais plutôt que cela ne s’apprend pas. Il faut s’y mettre, c’est une sensation.


Quels sont vos projets ?

Je vais peut-être sortir, d’ici un an, un enregistrement sur la musique du XVIIe. J’aimerais développer de plus en plus des enregistrements filmés sur Internet. J’ai récemment enregistré avec la Société Bach Néerlandaise et ça paraîtra sur un site qui s’appelle « All of Bach ». Ils ont le projet de publier toute l’œuvre de Bach, filmée, en quinze ans. Ainsi, j’ai enregistré des Préludes et Fugues, des Petits Préludes et je souhaite graver une partie du Clavier bien tempéré I et II. J’enregistre en Hollande, dans de très beaux lieux. C’est filmé très simplement et on a une très bonne image de ce qu’est la musique. Il n’y a pas de « pollution ». Actuellement, dans notre monde, on se doit d’évoluer vers ça. Car le support du disque est devenu caduc, il ne se vend plus. Ces films sont tournés comme un concert, et parfois même en public. Je trouve ça plus intéressant que de faire des disques et des montages. L’époque ne s’y prête plus, il faut revenir au live. La perfection n’existe pas de tout façon.



Propos recueillis par Aénor Gillet de Thorey et Roxane Bouhier

Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz