Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Jeux concours
JEU-CONCOURS DEUTSCHE GRAMMOPHON

JEU-CONCOURS DEUTSCHE GRAMMOPHON

JOUEZ ET GAGNEZ 4 COFFRETS MAURIZIO POLLINI, COMPLETE RECORDINGS ON DEUTSCHE ...
Tous les jeux-concours
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Actualités / Évènements / BEL-AIR : LE CLAVECIN EN TOUTE SIMPLICITÉ

BEL-AIR : LE CLAVECIN EN TOUTE SIMPLICITÉ

Par Camille Arcache / Dimanche 18 octobre 2015
Diminuer la taille des caractères de l'article : BEL-AIR : LE CLAVECIN EN TOUTE SIMPLICITÉ Augmenter la taille des caractères de l'article : BEL-AIR : LE CLAVECIN EN TOUTE SIMPLICITÉ Imprimer l'article : BEL-AIR : LE CLAVECIN EN TOUTE SIMPLICITÉ
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : BEL-AIR : LE CLAVECIN EN TOUTE SIMPLICITÉ
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : BEL-AIR : LE CLAVECIN EN TOUTE SIMPLICITÉ
Voter (1)

Après deux soirées de musique contemporaine en hommage à Pierre Boulez, le Bel Air-Claviers Festival fait place au clavecin. Violaine Cochard jouait à la Sainte Chapelle de Chambéry, le 24 septembre. Le lendemain, nous retrouvions Jean Rondeau au musée des Beaux-Arts. Deux clavecinistes, deux programmes, deux styles, mais une même idée : montrer que le clavecin n’est pas un instrument désuet.


Drôle de Chapelle que celle de Chambéry : majestueuse à l’extérieur dans son habit baroque, elle abrite un plafond en trompe l’œil, et un mobilier moderne sans caractère.

La salle était comble pour le récital de Violaine Cochard. Au programme : les musiques du Roi Soleil. Dès les premières notes de la Suite en ré mineur et la Chaconne de Jacques Champion de Chambonnières, nous entrons dans son univers. La technique de Violaine, et plus encore son toucher délicat et sa manière de faire chanter le clavecin sans afféterie, sont remarquables. Après quelques pièces de Louis Couperin, elle entame une série de morceaux son neveu, François Couperin. D’un style plus libre que les suites de danses de ses prédécesseurs, l’écriture de Couperin permet à Violaine Cochard de déployer un jeu d’une grande expressivité. L’habilité avec laquelle elle articule le décalage entre les deux mains étoffe le son du clavecin et donne un résultat surprenant : à la main gauche, on croirait entendre l’orgue…

Un récital d’une grande finesse. Emporté, on en oublie le lieu…


Jean Rondeau © Agogique


Chemise, veston, jean… Jean Rondeau reste lui-même. A la Cité des arts, à 11h du matin, il alterne des pièces de Bach et de Scarlatti autour du thème « mariage à l’italienne ». Il explique son choix au public, souhaitant que « le concert soit un moment de partage concret ».

Il joue sur le même clavecin que Violaine Cochard, la veille : l’instrument sonne de deux manières totalement différentes. Le phrasé est moins sensuel que celui de Violaine, les tempi sont parfois trop rapides, l’équilibre entre les mains manque parfois de régularité. Mais, toutefois, l’intelligence est ailleurs : le jeu est franc, sincère et séduisant. Il s’amuse : son clavecin est un terrain de jeu où Jean Rondeau explore, découvre et vit la musique. Le plaisir est communicatif. Au cours un bis, il interprète une œuvre de Rameau, et le public rit.

Des Sonates de Scarlatti, il fait ressortir l’incroyable fantaisie de ces miniatures, sans négliger la profondeur des mouvements lents. Il est cependant plus irrégulier dans Bach. Le Prélude extrait de la suite en do mineur qui débute le récital est passionnant par ses contrastes, mais Jean Rondeau ne maintient pas la tension dans le mouvement lent de la Chaconne extraite de la Partita pour violon seul n°2 en ré mineur.

Chacun à leur manière, Violaine Cochard et Jean Rondeau veulent éviter les préjugés sur la musique baroque en générale, et le clavecin en particulier. Ils réuissent brillamment grâce à leur simplicité, et leur amour de la musique.


C.A.


Pour plus d'informations :

http://www.rencontresbelair.com/b-a-c-42015.html


Au programme :

Violaine Cochard - 24 septembre – Sainte Chapelle

MUSIQUES DU ROI-SOLEIL –SUITES DE DANSES

Jean-Henri D'ANGLEBERT
Jacques CHAMPION DE CHAMBONNIERES
Louis COUPERIN
François COUPERIN


Jean Rondeau - 26 septembre - Musée des Beaux-Arts 

BACH-SCARLATTI, MARIAGE À L’ITALIENNE

Johann-Sebastian BACH
Prélude extrait de la suite en do mineur
Chaconne extraite de la Partita pour violon seul n°2
Concerto dans le goût italien en fa majeur

Domenico SCARLATTI
Sonata : K. 213 ré min Andante - K. 119 ré maj Allegro - K. 208 la maj Adagio -K. 175, la min Allegro -K. 132 do maj Cantabile -K. 481 fa min Andante cantabile

Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz