Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Jeux concours
JEU-CONCOURS PHONON

JEU-CONCOURS PHONON

JOUEZ ET GAGNEZ : DEUX CASQUES PHONON SMB-02 D’UNE VALEUR UNITAIRE DE 360€ & ...
Tous les jeux-concours
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Disques, DVD / Classique / COLLECTOR : QUATRE INTÉGRALES

COLLECTOR : QUATRE INTÉGRALES

Par Stéphane Friédérich / Samedi 7 novembre 2015
Agrandir l'image : Coffret Martha Argerich
Coffret Martha Argerich © SDP
Diminuer la taille des caractères de l'article : COLLECTOR : QUATRE INTÉGRALES Augmenter la taille des caractères de l'article : COLLECTOR : QUATRE INTÉGRALES Imprimer l'article : COLLECTOR : QUATRE INTÉGRALES
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : COLLECTOR : QUATRE INTÉGRALES
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : COLLECTOR : QUATRE INTÉGRALES
Voter (0)

Des intégrales rendent hommage à quatre grands pianistes.


RETROUVEZ LA DISCOGRAPHIE COMPLÈTENT DES MOIS DE NOVEMBRE-DÉCEMBRE DANS LE DERNIER NUMÉRO DE PIANISTE (N°95)

Glenn Gould : l’intégrale

(Sony Classical 81 CD

8875032222)



Coffret Glen Gould © SDP

Sony réédite l’œuvre du pianiste : trois ans de remastering pour une qualité optimale. C’est l’un des événements de la fin d’année. Un somptueux coffret porté par un très sérieux travail de remastering à partir des bandes originales traitées en DSD (le précédent datait de la Glenn Gould Edition à couverture blanche des années 1990). À l’écoute, l’amélioration est sensible : les fameuses Variations Goldberg de 1955 gagnent en présence, celles de 1981, en clarté. Toute la discographie de Masterworks a été ainsi retraitée, soit 78 CD. Des enre­gistrements parus entre 1955 et 1984 où l’on ne découvrira pas de « live » ou d’inédits, mais trois CD d’entretiens avec le phénomène. Ce gros coffret est agrémenté d’un livre en couleur de 400 pages (où tout n’est pas traduit, malheureusement), qui détaille chaque disque et présente de nombreux documents.


Pierre Massé



Dinora Varsi : « Legacy »

(GEN 35 CD + 5 DVD 15353)



Coffret Dinora Varsi © SDP


Voici une intégrale passionnante, celle de la pianiste d’origine uruguayenne, Dinora Varsi (1939-2013). Intégrale des enregistrements en public et en studio allant de 1945 à 2004 et présentée en un magnifique et imposant coffret parais­sant chez Genuin : 13 CD « live », 21 CD en studio et 1 CD d’interviews, mais aussi des concerts et des documentaires (5 DVD). Après avoir remporté le Concours Clara-Haskil en 1967 et reçu les conseils de Géza Anda (Erich Kleiber l’avait déjà remarquée alors qu’elle n’avait que 6 ans !), la pianiste se lança dans une carrière dont elle refusa la médiatisation à l’excès, préservant son art en ne ­donnant qu’une vingtaine de récitals par an. On reste éberlué devant la richesse de son catalogue (son premier disque pour Philips date de 1970 et celui pour Harmonia Mundi de 1986), la diversité de ses œuvres et, plus encore, son style de jeu. Quel que soit le répertoire, Dinora Varsi joue avec peu de pédale. Le toucher est perlé, élégant. Il va à l’essentiel et s’adapte à tous les styles : Schumann, Schubert, Ravel, Debussy. Même les œuvres les plus « sensuelles » (Albéniz, Falla,  Ginastera) ont un « chic » fou. La pianiste s’intéresse moins à la sonorité qu’à la respiration, moins aux couleurs qu’à l’unité de l’œuvre, à la clarté de la diction. Virtuose, mais refusant toute flamboyance (Sonate de Bartók, Concerto pour piano n°2 de Brahms, Concerto n°2 de  Rachmaninov et Concerto n°1 de Tchaïkovski), elle assure un contrôle sans faille. Ses Chopin,  nombreux (mazurkas, préludes, etc.), parfois mal secondés (les concertos avec Monte- Carlo),  demeurent remarquables d’intel­ligence. À noter, quelques raretés : ­Guillaume Lekeu avec Grumiaux,  mais aussi des pièces de Fanny Hensel. Les documentaires et les vidéos de concerts instruisent, tout  comme l’impressionnant livret (en anglais et allemand uniquement). Peut-on rêver plus bel hommage ?


S. F.



Martha Argerich : l’intégrale Deutsche Grammophon

(48 CD 002894794647)


Après la parution de plusieurs coffrets (solo, musique de chambre, concertos), DG réunit l’intégrale des enregistrements sous « étiquette jaune » (quelques pochettes originales Philips s’ajoutent) de Martha Argerich. Des références, aussi bien en récital qu’avec Abbado, Chailly, Kondrachine, Sinopoli (les deux premiers concertos de Beethoven), de la musique de chambre avec Kremer, Rostropovitch, Maïsky, etc. À noter, l’ajout des témoignages de Lugano et des pièces de Chopin présentant des bandes des radios de Berlin et de Cologne entre 1959 et 1967 (dont une géniale Première ballade).


S. F.


Stephen Kovacevich, l’intégrale Philips

(Decca 25 CD 4788662, 1968-1983)



Coffret Stephen Kovacevich © SDP


Une somme qui paraît aujourd’hui sous label… Decca et qui ravira les mélomanes. Avant tout, parce qu’on y retrouve les « musts » (1968 à 1983) du pianiste américain. D’abord, ses Variations Diabelli de Beethoven, d’une fantaisie magnifique, puis l’intégrale des concertos de Beethoven avec la BBC et le LSO (dir. Colin Davis). Des prises de son charnues, une élégance du toucher qui n’a pas pris une ride. Plus nécessaires encore, les Bagatelles et sept sonates du même Beethoven. On est ­sidéré de retrouver une telle inventivité, à l’opposé alors d’un Brendel, beaucoup plus cérébral. Les Brahms sont juste un « cran » en dessous, peut-être trop dans le son et moins dans la profondeur : cycles pour piano seul et concertos avec le LSO et Davis (Kovacevich supplante ses Emi avec Sawallisch). On préférera Brendel et Arrau. Orchestre et chef identiques dans quelques concertos de Mozart de belle facture, un peu gras et servis par des prises de son splendides. Citons les concertos de Grieg et de Schumann, mais aussi de  remarquables Bartók ­(extraits des Mikrokosmos pour la première fois en CD), puis Stravinsky (quel Concerto pour piano et vents !) et un oublié « jazz et contemporain », le Concerto pour piano n°1 et Jazz Calendar de Richard Rodney Bennett. Enfin, Debussy, Chopin, Dvorák…


S. F.

Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz