Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Jeux concours
JEU-CONCOURS PHONON

JEU-CONCOURS PHONON

JOUEZ ET GAGNEZ : DEUX CASQUES PHONON SMB-02 D’UNE VALEUR UNITAIRE DE 360€ & ...
Tous les jeux-concours
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Actualités / Évènements / Les vainqueurs de Piano Campus

Les vainqueurs de Piano Campus

Par Stéphane Friédérich / Mardi 7 mars 2017
Agrandir l'image :
© Piano Campus
Diminuer la taille des caractères de l'article : Les vainqueurs de Piano Campus Augmenter la taille des caractères de l'article : Les vainqueurs de Piano Campus Imprimer l'article : Les vainqueurs de Piano Campus
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : Les vainqueurs de Piano Campus
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : Les vainqueurs de Piano Campus
Voter (0)


Superbe finale, ce 5 mars, à la salle l’Apostrophe de Pontoise! La 16e édition a tenu ses promesses. Trois vainqueurs dont le Prix Pianiste remis à l’artiste géorgienne Ana Kipiani.


de G. à D. : Cadmiel Botac (Roumanie), Vanessa Latarche (pdt du jury),
Hin-Yat Tsang (Chine) et Ana Kipiani (Géorgie)


A ce concours créé par Pascal Escande, le public est celui des habitués et des amoureux du piano. Ils viennent, parfois depuis des années, pour découvrir les nouveaux talents – grands talents de demain. Il est vrai que nombre de pianistes à avoir remportés un « Campus », à Pontoise, ont été, par la suite, auréolés de prix dans les plus prestigieux concours internationaux. Le niveau des candidats à Piano Campus est tel que la plupart des lauréats – âgés de 16 à 25 ans - poursuivent généralement une carrière très enviable.


Après les éliminatoires, trois pianistes seulement sont appelés pour la finale. Elle est des plus ardues. Une épreuve piano solo, tout d’abord, puis un mouvement de concerto, celui de Schumann. A cette pièce s’ajoute une création contemporaine, Slide-listening d’Aurélien Dumont, le compositeur invité de cette édition. Les trois candidats furent accompagnés par l’Orchestre Mélo’dix, Université de Nanterre, dirigé par Fabrice Parmentier.

Le jury de l’édition 2017 était présidé par Vanessa Latarche, pianiste et pédagogue, directrice du département piano au Royal College of Music de Londres.



De G.à D. Pascal Escande, Hin-Yat Tsang (campus d'Or), Ana Kipiani (Campus d'Argent),
Vanessa Latarche (pdt du jury), Florence Escande et Cadmiel Botac (Campus de Bronze).


Le roumain Cadmiel Botac reçoit le Campus de Bronze. Un toucher assez souple, mais une sonorité un peu effacée dans Un Sospiro de Liszt et le Second Scherzo de Chopin. Le pianiste assure davantage qu’il ne prend de risques. Le Concerto de Schumann est parfaitement en place, mais manque assurément de passion. Il est difficile de juger le toucher du soliste dans l’œuvre d’Aurélien Dumont. Elle privilégie davantage la virtuosité rythmique dans le registre aigu du clavier et les effets sonoristes de l’orchestre que l’expression musicale des candidats.


Le chinois Hin-Yat Tsang est récompensé du Campus d’Or. Le choix de son programme est audacieux et risqué à la fois. Tout d’abord, la transcription par Arcadi Volodos de l’Andante de la Sonate pour violoncelle et piano opus 19 de Rachmaninov, puis les rares variations brillantes op.12 de Chopin. Avouons que nous sommes moins séduits par son jeu un peu raide et manquant de personnalité notamment dans Rachmaninov, pièce qui regorge de couleurs. Il est vrai aussi que l’acoustique mate de la salle, qui n’a pas été conçue pour la musique classique non-amplifiée, ne facilite par l’écoute.


La pianiste géorgienne Ana Kipiani emporte notre adhésion. Incontestablement, elle possède un son et prend tous les risques. Au risque, précisément de la rupture dans la Seconde Ballade dont elle accélère dangereusement le finale. Elle brille plus encore dans la Troisième Sonate de Prokofiev. A l’évidence, elle s’est appropriée cette musique. Tout comme l’œuvre contemporaine imposée dont elle projette avec conviction les motifs percussifs. Le début de son Concerto de Schumann est impeccable. Hélas, elle a un trou de mémoire juste avant la cadence. Elle se rattrape fort bien, mais déstabilisée, peine à retrouver le flux de la musique.

En toute logique, Ana Kipiani reçoit le prix du public et surtout de nombreux engagements. Soutenue tout d’abord par la Fondation SOS Talents de Michel Sogny, elle a étudié par la suite, à Moscou, avec Elisso Virsaladze. Voilà déjà une grande personnalité musicale qu’il faudra suivre attentivement.


Stéphane Friédérich

Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz