Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Actualités / Évènements / CONCEPT PIANO : TROIS SOIREES ROYALES !

CONCEPT PIANO : TROIS SOIREES ROYALES !

Par Clément Serrano / Mercredi 29 mars 2017
Agrandir l'image : Ivo Kahanek, Jan Michiels, Jean-Efflam Bavouzet et Bruno Leonardo Gelber
Ivo Kahanek, Jan Michiels, Jean-Efflam Bavouzet et Bruno Leonardo Gelber © Festival du Printemps des Arts de Monte-Carlo
Diminuer la taille des caractères de l'article : CONCEPT PIANO : TROIS SOIREES ROYALES ! Augmenter la taille des caractères de l'article : CONCEPT PIANO : TROIS SOIREES ROYALES ! Imprimer l'article : CONCEPT PIANO : TROIS SOIREES ROYALES !
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : CONCEPT PIANO : TROIS SOIREES ROYALES !
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : CONCEPT PIANO : TROIS SOIREES ROYALES !
Voter (0)

Du 24 au 26 mars, le piano fut roi au Festival du Printemps des Arts de Monte-Carlo. Quatre princes du clavier, aux personnalités et aux répertoires pour le moins contrastés, nous ont passionné.


Premier soir

La révolution sonore débuta à l’Opéra Garnier avec Ivo Kahanek, dandy tchèque aux allures de jeune premier. L’on crût tout d’abord à un souverain discret, interprétant à petite foulée le Scherzo n° 1 op. 20 de Chopin. L’interprétation demeura sobre, tranquille, sans désir de conquête : pas de quoi crier Hannibal ad portas (Hannibal est à nos portes) dans les rues de la Principauté. Le public aurait eu tort de sous-estimer le génie tactique de ce virtuose, contre-attaquant avec le Scherzo n° 2 op. 31. Il déploya alors les multiples facettes de son jeu : phrasé rêveur, doubles croches endiablées, blanches bucoliques et accents barbares. Mention spéciale pour les sublimes Trois Danses Tchèques de Martinu, précédées de la Sonate « 1905 » de Janacek.

Vint en deuxième partie de soirée, le règne de Jean-Efflam Bavouzet. Un artiste au service de la musique et non de lui-même. Il joua la Sonate n° 6 de Beethoven avec délicatesse, préservant sa dimension classique « à la Haydn ». Le meilleur resta à venir avec les Douze notations de Boulez, le maître redorant à coup de marteau une œuvre percussive et longtemps boudée du grand public. Il en fut de même pour les extraits des Miroirs de Ravel, où l’impressionnisme de la partition côtoya la narration mesurée de l’artiste.


Ivo Kahanek

SDP


Deuxième soir

Après l’Opéra, rendez-vous à l’Auditorium Rainier III ! Cette fois-ci, il s’agissait de convaincre à plus grande échelle avec l’excellent Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. Jan Michiels ouvrit le bal avec un Concerto pour piano de Ligeti en demi-teinte, hélas, faute de dialogue et de contrastes entre l’orchestre et le soliste. Il fallut attendre Ivo Kahanek pour une prestation plus engagée, assurant une interprétation du Concerto n° 4 de Martinu, riche en couleurs et variations rythmiques. Le pianiste joua constamment sur un registre-double : celui du super-soliste dont l’audace est bienvenue et celui de l’artiste dont la modestie laisse entendre les richesses naturelles de la mélodie. Une rhétorique subtile, contrastant avec la puissance de jeu et le lyrisme préromantiques déployés par Jean-Efflam Bavouzet dans le Concerto pour piano n°19 K. 459 de Mozart. Le dernier concerto de la soirée - « l’Empereur » de Beethoven - fut assuré par un Bruno Leonardo Gelber profondément touchant. Deux heures et demi de musique et un public conquis !


Jean-Efflam Bavouzet

SDP



Troisième soir

Ultime soirée de règne pour Concept Piano avec un récital beethovénien de Bruno Leonardo Gelber, honoré ici par la venue de son Altesse Sérénissime le Prince Albert de Monaco. Affaibli physiquement, cet artiste qui a tant marqué son époque joua les Sonates Waldstein et Appassionata, livrant ses dernières forces à ces deux chefs-d’œuvre, pierres angulaires de son répertoire.


Bruno Leonardo Gelber

SDP



C. S

Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz