Espace Pédagogie

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 67 N° 4

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
CHOPIN : MAZURKA OP. 63 N° 3

Les conseils d'Alexandre Sorel

26 juin 2015 | 17H58
BACH : FANTAISIE CHROMATIQUE BWV 903
Nos Partenaires

MUSÉE WÜRTH

Festival Piano au Musée Würth du 28 octobre au 6 novembre 2016.
Logo de notre partenaire MUSÉE WÜRTH

SALLE COLONNE

Pianiste enregistre ses DVD dans ce lieu unique de répétitions et de concerts à Paris.
Logo de notre partenaire SALLE COLONNE

COLIN LAURENT

Réalisation et captation de tout projet musical, en France et à l'étranger, pour DVD, web ou TV.
Logo de notre partenaire COLIN LAURENT
Actualités / Évènements / MOZART : LA TRANSMISSION SELON FRANCOIS-FREDERIC GUY

MOZART : LA TRANSMISSION SELON FRANCOIS-FREDERIC GUY

Par JANY CAMPELLO / Jeudi 20 avril 2017
Agrandir l'image : François-Frédéric Guy
François-Frédéric Guy © Vinie TUP
Diminuer la taille des caractères de l'article : MOZART : LA TRANSMISSION SELON FRANCOIS-FREDERIC GUY Augmenter la taille des caractères de l'article : MOZART : LA TRANSMISSION SELON FRANCOIS-FREDERIC GUY Imprimer l'article : MOZART : LA TRANSMISSION SELON FRANCOIS-FREDERIC GUY
Imprimer
Partager sur les réseaux sociaux l'article : MOZART : LA TRANSMISSION SELON FRANCOIS-FREDERIC GUY
Partager
S'abonner au flux RSS de Pianiste Magazine Voter pour l'article : MOZART : LA TRANSMISSION SELON FRANCOIS-FREDERIC GUY
Voter (0)

L’Entrepôt du Haillan, à deux pas du cœur de Bordeaux, a accueilli le 14 avril dernier le pianiste François-Frédéric Guy et l’orchestre de chambre du Pôle d’Enseignement Supérieur de la Musique et de la Danse de Bordeaux Aquitaine, le temps d’une soirée cent pour cent Mozart.



Une soirée ? Soyons juste: quatre jours! Un projet inédit et, constat avéré, de très haute volée, mis en place par le PESMD Bordeaux Aquitaine, comme nous l’explique son directeur Laurent Gignoux, qui ne cache pas sa satisfaction bien légitime. Rassembler en résidence les étudiants candidats au DNSPM (Diplôme National Supérieur Professionnel de Musicien) autour de François-Frédéric Guy, familier de l’institution pour y avoir dispensé des masterclasses de piano, est apparu comme une évidence: pianiste dont la renommée dépasse nos frontières, son appétit de musicien l’oriente aussi vers la direction d’orchestre, sans toutefois lâcher son clavier. Ainsi le projet s’est bâti avec Mozart, son Rondo en ré majeur KV 382, si peu joué, et les célébrissimes Concertos pour piano n° 20 en ré mineur KV 466 et n° 21, en do majeur KV 467, dirigés depuis le piano. Quoi de mieux? Quoi de plus délicat aussi? Une gageure, surtout lorsque l’on sait que le même programme sera donné quelques jours plus tard avec l’Orchestre de Paris au Théâtre des Champs Élysées! Pari réussi, résultat scotchant!


François-Frédéric Guy nous explique sa démarche: « c’est en me tournant sur mon expérience passée, lorsque j’étais moi-même étudiant, que j’ai mesuré l’importance de cette forme de transmission : je la privilégie aujourd’hui. Les étudiants musiciens ont besoin de porter un regard neuf sur leur pratique, au-delà des cours réguliers. Il leur faut acquérir le métier, l’expérience scénique. Un travail comme celui-ci, limité dans le temps, et le concert qui s’en suit, constituent une expérience marquante. ils forcent la concentration et nécessitent un engagement de tous les instants. Le résultat est à la clé parce que ces étudiants sont habités de ce désir, ils en veulent! »


On ne saura que louer la qualité du travail réalisé et l’intérêt musical de l’interprétation, oubliant presque, à l’écoute, qu’à l’instar de phalanges aguerries, il s’agit là d’« apprentis ». Le Rondo pour piano et orchestre en ré majeur ouvre le concert: d’emblée on est frappé par la précision tant dans les départs et le phrasé de l’orchestre que dans la cohérence du discours avec le piano, la concentration des jeunes musiciens n’enlevant rien au plaisir perceptible à l’oreille et sur leurs visages. Suit à la légèreté la dramaturgie du Concerto pour piano n° 20, dont on connait la difficulté rythmique des premières mesures, avec leurs notes à contretemps: l’orchestre fait montre de maîtrise dans cette introduction, et ouvre l’espace au toucher rond et habité de François-Frédéric Guy. S’instaure un échange émouvant et convivial entre le soliste et l’orchestre. Dans ce concerto comme dans le n° 21, qui forme la seconde partie du concert, point de prééminence. Le piano ne peut briller comme une diva. Ici les notions de partage et d’ensemble prennent sens, le piano trouvant sa place comme instrument de chambre. La finesse et la fluidité du jeu de François-Frédéric Guy n’en sont que plus remarquables, donnant ce qu’il faut de relief et d’inflexion aux lignes mélodiques, d’une expressivité touchante de tendresse et d’humanité. Quant à l’orchestre, on saluera l’homogénéité de ses pupitres et leur engagement constant dans l’écoute mutuelle. On adhère également aux choix du pianiste-chef: celui des tempi, qui ne laissent de place ni au vide, ni à l’épanchement dans la romance du Concerto n° 20 à l’allure soutenue. Ces mêmes tempi contribuent à l’architecture bien campée des deux opus. Quant aux cadences, celle de Beethoven dans le n° 20 souligne la dimension préromantique de l’œuvre alors que la cadence proposée par Marc Monnet en 2007, dans un esprit faussement atonal, vient ajouter son sel au n° 21.


L’expérience se poursuivra bientôt à Tokyo, puis à Séoul, pour François-Frédéric Guy. Ici, tous peuvent être fiers. Une très belle performance dont chacun se souviendra. Chapeau bas!


Jany Campello

Abonnez-vous
à Pianiste
LES OFFRES DE PIANISTE
Retrouvez PIANISTE soit en Magazine ou sur Ipad ou sur Iphone

Abonnez-vous à Pianiste



Retrouvez tous les numéros de Pianiste ou abonnez-vous au magazine

Les DVD leçon de Piano

La boutique Pianiste


Retrouvez les DVD "leçons de Piano" par Pianiste et notre sélection de CD et DVD

 
  Retrouvez-nous sur smartphone et tablette
Déjà abonné ? Accédez à votre espace et gérez votre abonnement
Google Play App Store

Les sites du réseau Groupe Express-Roularta :

Copyright © 2011-2017 PIANISTE MAGAZINE | Nous contacter | Plan du site | Mentions légales | Charte de l'utilisateur | Publicité
Powered by Walabiz